Analyses rapides et efficientes des sols : Le Sénégal en phase d’être un des pionniers en Afrique.


La Fao a tiré la sonnette d’alarme ce lundi 7 décembre 2020 sur le niveau de dégradation des sols. Elle a profité de la célébration de la Journée mondiale des sols dédiée à la sensibilisation et à l’éveil de la conscience collective et individuelle sur l’importance primordiale des sols pour appeler les autorités à mieux les prendre en charge. Pour ladite institution, il se pose, avec acuité la nécessité de prendre en charge les sols, comme support de la vie et capital naturel de premier plan pour atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais aussi comme un élément essentiel contribuant à préserver les écosystèmes terrestres, l’environnement, la biodiversité et la lutte contre le changement climatique.
 
C’est pour freiner ces dégradations des sols, au niveau du Sénégal, que la Fao s’investit aux côtés de l’Institut national de pédologie (Inp) avec qui elle travaille en étroite collaboration. Et très bientôt, ledit institut va bénéficier de kits pour l’analyse des sols et sera ainsi l’un des pionniers en Afrique sub-saharienne dans les analyses rapides et efficientes des sols au profit des agro-éleveurs en vue d’améliorer les rendements agricoles et des systèmes agropastoraux, a promis le Dr Gouantoueu Robert Guei Coordonnateur du Bureau sous-régional de la Fao pour l’Afrique de l’Ouest, à l’ouverture du Webinaire sur la Journée mondiale des sols.
 
Au cours de cette rencontre virtuelle, ce dernier, par ailleurs représentant de ladite institution mondiale au Sénégal, en a profité pour solliciter ‘’l’appui des partenaires financiers afin d’accompagner le gouvernement du Sénégal à la prise en charge de la gestion durable des sols, piliers du développement socio-économique du Pays’’. Mais aussi renouveler ‘’l’engagement de la Fao à soutenir le Sénégal dans ses efforts en matière de gestion rationnelle des sols’’.
 
Ce webinaire, faut-il le souligner, a été initié pour marquer la célébration de la 7éme édition co-organisée par la Fao et l’Institut national de Pédologie, sous le haut patronage du Pr Moussa Baldé, ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural. Le Dr Gouantoueu Robert Guei, dans ses propos, a rappelé l’importance des sols qui, selon lui, abritent un quart de la biodiversité des agrosystèmes de la planète. ‘’La diversité et l’activité des organismes présents dans le sol jouent de multiples fonctions écosystémiques essentielles, dont la décomposition de la matière organique, la séquestration du carbone dans le sol, la régulation des émissions de gaz à effet de serre, l’amélioration de la structure du sol et les régimes hydriques du sol, l'amélioration de la dynamique des nutriments, la défense des plantes, la détoxication, le stockage et la purification de l’eau’’. 
 
La qualité et la santé des sols, selon le représentant de la Fao du Sénégal, déterminent en grande partie la production et la durabilité des systèmes agrosylvopastoraux ainsi que la qualité environnementale et ont ainsi une incidence notoire sur la santé végétale, animale et humaine et la qualité de la vie en général. L’amélioration de la biodiversité des sols est essentielle pour assurer la santé des sols et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, a-t-il précisé.
Lundi 7 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :