12 années Macky Sall : "l'indice de pauvreté a baissé de 32 % à 27 %" (Amadou Aly Mbaye)


Le centre international de conférence Abdou Diouf CICAD a abrité ce Mardi 23 Janvier, l'ouverture du symposium consacré aux 12 années Macky Sall initié par le club sociétés démocraties et perspectives. Cette rencontre constitue un espace pour ces universitaires de présenter l'état des lieux du Sénégal tel qu'il résulte de la gouvernance du président Sall, de jeter la base de la consolidation des acquis obtenus dans la gestion publique depuis l'indépendance, identifier les bonnes pratiques à pérenniser, à mettre à l'échelle et de passer en revue quelques défis subsistant et idenfier les moyens de leur prise en charge adéquate. Évoquant l’indice Mo Ibrahim et d’autres du genre, le président du comité scientifique, Amadou Aly Mbaye, note qu'au niveau mondial le Sénégal est dans le peloton de tête concernant la démocratie et l’État de droit. "Un rapide examen de la géographie de l’État de la démocratie permet de comprendre cela. À part les pays d’Amérique du Nord et d’Europe occidentale, il y a très peu de pays qui peuvent rivaliser avec le notre dans ce domaine. Le Sénégal a pu le faire en réussissant à garantir sa stabilité", a soutenu le recteur de l'Université Cheikh Anta Diop.

Concernant l'évolution du PIB par tête de 1960 à maintenant,  « si vous regardez de 1960 à 2008- 2011 vous voyez que le niveau du PIB par tête est resté constant, a indiqué l'économiste, justifiant ces années où c'était négatif par les programmes d'ajustement structurel. L'indice de pauvreté a baissé de 32 % à 27 % entre 2011 et 2018, 2019. Et cette baisse a été annoncée à Dakar mais également en milieu rural. C'est extrêmement important. Je crois que l'une des thématiques de l'économie développement c'est le fait que les zones rurales ont toujours été défavorisées dans les politiques publiques dans les pays en développement. Mais ce qu'on a noté avec la gouvernance Sall, c'est effectivement que les zones rurales ont pu sortir la tête de l'eau et au regard de beaucoup d'indicateurs sociaux", a-t-il dit, ajoutant que l'extrême pauvreté a été réduite quasiment de moitié passant de 12, 2 à 6,8 entre les deux sous périodes et les inégalités de revenus ont également baissé. "Les bourses sociales constituent un mécanisme important pour réduire le seuil de la pauvreté. Avec la bourse le revenu augmente ce qui a permis de tirer plus de gens hors de ce seuil de pauvreté", a relevé le recteur, évoquant la pression fiscale qui est passée de 15,2 % en 2014 à 18,3 comme autre mécanisme qui réduit la pauvreté.
Mercredi 24 Janvier 2024
Yaya Cissokho




Dans la même rubrique :