Thiès / Alioune Sarr expose son programme et annonce: « Si je suis élu, je résilie les concessions avec Aquatec, rediscute les conventions avec la SEHO et SenEau ».


Le président de la Convergence pour une Alternative Progressiste (Cap 2024), Alioune Sarr a été investi candidat de la coalition Alioune Président 2024 lors d’un congrès d’investiture regroupant 70 mouvements et 15 partis politiques. L’événement s’est tenu, ce 2 décembre, dans la capitale du rail. La cérémonie a été une occasion pour l’ancien ministre et maire de Notto Diobass de présenter son programme aux sénégalais et à la population thiessoise en particulier pour
"un Sénégal moderne, un Sénégal nouveau, un Sénégal pour tous".

D’emblée, il a exposé sur les problèmes liés aux transports et promet de relancer les travaux du chemin de fer.

« Si je suis élu le 25 février 2024, je lancerai les travaux des 2 lignes de chemins Dakar - St Louis et Dakar-Tambacounda-Kidira, pour le transport des personnes et des biens. », a dit le progressiste.



Évoquant la question hydraulique, Alioune Sarr a confié avoir pris en compte les doléances du monde rural sur l’alimentation en eau et menace de renégocier les contrats avec certains partenaires.

« Si je suis élu le 25 février 2024, je résilie les concessions avec Aquatec, rediscute les conventions avec la SEHO et SenEau, pour mettre au cœur de ces contrats, la satisfaction de nos concitoyens. Il n’est pas acceptable une discrimination entre les citoyens, pour l’accès à une denrées aussi essentielles que l’eau. Je mettrai en œuvre une véritable stratégie nationale d’assainissement et d’accès à l’eau potable, qui assurera de manière équitable et juste, la fourniture cohérente de l’eau aux usagers,  du monde rural comme urbain. Mais aussi nous mettrons en place un vaste programme d’assainissement dans notre pays, avec un réseau national et des stations d’épuration et de dépollution, dont les eaux retraitées seront réutilisées pour l’agriculture et l’Irrigation urbaine des espaces verts, dans toutes les grandes villes du Sénégal et dans nos cités religieuses: Rufisque, Dakar et sa banlieue, Touba, St Louis, Kaolack, Thiès, Tivaouane, Ziguinchor, Kolda, etc », a indiqué le candidat à la candidature qui, lors de son face à face avec la population thiessoise a soutenu avoir déjà déposé sa caution auprès de la Caisse des dépots et consignations (Cdc).



Autres questions majeures qui a intéressé le responsable politique, il s’agit de la santé dont la prise en charge est très coûteuse.

« Si je suis élu Président de la République en 2024, chaque Sénégalaise et chaque Sénégalais pourra se soigner sans aucun paiement préalable grâce à une assurance et une assistance médicale obligatoire dont bénéficiera chaque Sénégalais. Cette assurance sera financée d’une part, par une partie et nos ressources publiques qui seront inscrites dans la Loi des finances, d’autre part, par une partie des énormes intérêts financiers générés par le placement intelligent de nos ressources d’hydrocarbures estimées à 600 milliards de FCFA par an, une partie des revenus miniers estimés à 5% du PIB national, et par la contribution de certaines collectivités locales et des entreprises employeurs et de certains partenaires du Sénégal. Je rappelle que nos dépenses de santé sont estimées à 480 milliards de Cfa par an, dont 20% est à ce jour assurées par l’État et près de 50% par les ménages qui paient directement près de 230 milliards de FCFA par an dont 35% de ce montant est constitué en médicament. Dites moi, est-ce qu’un pays qui a un PIB de 20 mille milliards par an et un budget annuel de 7 mille milliards de FCFA, ne peut pas dégager 230 milliards de FCFA chaque année pour prendre en charge la santé des 17 millions de sénégalais ? Ma réponse est oui, si je suis élu président de la République en 2024, l’Etat, par des ressources citées plus haut, prendra en charge ces 230 milliards FCFA pour la santé de nos compatriotes », a déclaré le président Alioune Sarr. Il entend sous ce rapport, lancer un vaste programme de développement d’une industrie pharmaceutique pour réduire drastiquement les coûts des médicaments.



En ce qui concerne l’habitat, le candidat de la coalition Alioune Président 2024, promet aussi de faciliter l’accès au logement notamment aux jeunes.

« Chaque jeune sénégalais, à partir de l’âge de 25 ans, qui dispose de revenus, pourra accéder à un logement, à travers les vastes programmes de logements sociaux que je ferai engager par les promoteurs immobiliers développeurs et les collectivités locales, à travers un accompagnement massif de l’Etat avec un accès gratuit au foncier aménagé, un allègement fiscal, une ligne de financement dans la banque nationale d’investissement dans toutes les régions du pays, à l’image de ce que ma commune de Notto-Diobasse a initié avec un Promoteur privé et qui constitue le projet le mieux élaboré dans ce domaine au Sénégal. », a dit Alioune Sarr qui compte, une fois à la magistrature suprême, faire plus que ces prédécesseurs.

« Certes notre pays a des acquis, construits de génération en génération. Chaque Chef de l’Etat a apporté une contribution au développement de notre cher pays. Mais, il ne s’agit plus de faire de la continuité ni de faire dans la continuité, mais il s’agit plutôt de procéder à de très profondes ruptures et à des réformes majeures institutionnelles, économiques, sociales et politiques.

Un nouveau cap devra être franchi dans une démarche irréversible, sans laquelle nous courrons le risque d'une crise majeure pour notre pays. Pour notre génération née après les indépendances, ces ruptures sont indispensables et appellent à une inversion des paradigmes qui ont prévalu dans la conduite de nos politiques nationales depuis l’avènement de notre souveraineté nationale. », a-t-il soutenu. A l’en croire, la génération d’aujourd’hui devra traduire en actes politiques concrets la réalité de cette souveraineté nationale et la décliner en souveraineté alimentaire, souveraineté sur nos ressources énergétiques, industrielles, agricoles, halieutiques, minières entre autres. A cet effet, le maire de Notto DIobass promet d’élaborer une loi d’orientation pour la sauvegarde des richesses du pays.

« Si je suis élu Président de la République en février 2024, je ferai voter au Parlement, une Loi d’orientation qui transforme sur le sol national, toutes les ressources naturelles, minières, énergétiques extraites de notre sous sol, créant ainsi des chaînes de valeur qui connectent notre pays à l’économie mondiale avec le raffinage de l’or à Kedougou qui sera un comptoir international pour l’or, l’exploitation du fer des Falémé qui fera de la région de Tambacounda une région sidérurgique majeure et de montage de véhicules et de matériels électroménagers. C’est aussi la transformation de l’Attapulgite de Allou Kagne à Thiès, la transformation du Zircon à Mboro, du Nickel, de la bauxite, du marbre ou du Lithium de Kédougou.

Ce sera aussi à travers la Pétrochimie, avec la transformation du pétrole de Kayar dans le département de Thiès et du gaz dans le département de St Louis pour faire profiter à notre jeunesse, les opportunités offertes par les centaines de métiers de la Pétrochimie et du raffinage. », a déclaré Alioune Sarr. Le candidat à la présidentielle entend également revaloriser le secteur informel par la facilitation de l’insertion industrielle des artisans à travers une modernisation de leurs outils et modes de production et leur accès aux matières premières produites localement comme l’or, mais également leur accès aux financements grâce à une banque nationale de développement pour les PME, qui sera chargée à partir des ressources exceptionnelles de gaz et de pétrole qu’elle hébergera, ira lever sur le marché international, des capitaux pour la modernisation et la transformation agro industrielle de l’économie.



La question securitaire n’a pas été omise du programme de l’ancien ministre du tourisme.

« Élu, je serai le Président de tous les Sénégalais réconciliés et rassemblés, pour un Sénégal juste et solidaire apte à relever les défis de notre développement, de la sécurité de nos populations, de nos intérêts stratégiques et de nos institutions. Si je suis élu président de la République, Je proposerai une politique nationale de sécurité qui assure notre cohésion nationale, la protection de notre souveraineté économique et industrielle et celles de nos concitoyens des menaces internes et externes comme le terrorisme ou les Cybermenaces mais aussi protéger nos ressortissants à l’étranger en rediscutant nos accords de partenariats avec nos partenaires », a-t-il dit.



Sur le plan institutionnel, Alioune Sarr promet de bannir définitivement les débats basés sur la Loi fondamentale du pays et de redonner à la justice sénégalaise sa crédibilité.

« Si je suis élu président de la République en février 2024, ces débats n’existeront plus. Ainsi, je proposerai une incompatibilité entre les fonctions de président de la République et le statut de Chef de parti ou de coalition de partis politiques. Notre conviction est que l'Etat doit être au dessus des organisations partisanes pour des raisons que nous connaissons tous. Je proposerai aussi que le président de la République ne préside plus le Conseil supérieur de la Magistrature pour renforcer l'indépendance de notre justice. Je proposera la création d’une Cour Constitutionnelle qui sera la clef de voûte de nos institutions, dont le Président qui sera élu par ses pairs, présidera le conseil supérieur de la Magistrature. », a indiqué le candidat Alioune Sarr.
Dimanche 3 Décembre 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :