Santé : plus de 1.500 enfants infectés par le VIH SIDA ont été pris en charge dans 9 régions du Sénégal.


Le Centre de recherche et de formation à la prise en charge clinique (CRCF) a tenu, ce mercredi 14 juin 2023, un atelier de partage pour la clôture du projet "Emprise" (Renforcement de la prise en charge décentralisée des enfants vivant avec le VIH au Sénégal). Ceci pour faire le bilan des trois années de travaux des acteurs du projet. Ainsi, 1.500 enfants infectés par le VIH SIDA ont été pris en charge au cours de ce projet et les enfants traités.

 

D'après le Docteur Ndèye  Bineta Ndiaye, depuis 2014, le Sénégal a mis en place le "testé et traité". Ce qui veut dire, selon elle, que toutes les personnes dépistées du VIH sont mises sous traitement automatiquement avec le système "ARV" qui est un traitement disponible et gratuit aussi bien pour les adultes que pour les enfants. 

 

Revenant sur l'objet de cette rencontre, le Docteur Ndiaye a fait savoir que ce projet a été déroulé pendant 3 ans dans 9 régions du Sénégal.  "C'est un projet qui nous a permis d'améliorer la prise en charge des enfants infectés qui vivent avec le VIH Sida", a-t-elle déclaré. 

 

 

Elle ajoute : "dans le cadre de ce projet, ils ont pu avoir un référentiel de formation pour permettre la mise à niveau de tous les acteurs qui sont impliqués dans la prise en charge des enfants, mais également d'avoir une prise en charge psychosociale des enfants qui sont suivis dans les 9 régions du Sénégal.  Parce que la plupart des enfants sont issus d'un milieu défavorisé. Et ces enfants ont besoin d'être accompagnés parce qu'ils ont droit à la santé, à l'éducation. Aucun enfant ne doit être laissé en rade". 

 

S'agissant des problèmes liés au dépistage des enfants, le Dr Ndèye Bineta Ndiaye, membre du bureau de prise en charge de la division de lutte contre le VIH SIDA et les "IST", a estimé que le problème du dépistage de l'enfant est essentiel et c'est partout en Afrique, mais au Sénégal, on est à 43 % d'enfants dépistés par rapport à la cible. "Chaque année, l'ONUSIDA nous donne une estimation d'enfants vivant avec le Sida au Sénégal et la moitié a été dépistée au Sénégal. Et ceux qui viennent en retard pour le dépistage présentent déjà des signes à l'arrivée alors que s'ils sont dépistés précocement, ils sont pris en charge très tôt et ne développeront aucun signe de la maladie", avance-t-elle avant de souligner que tous les enfants doivent être pris en charge parce que le VIH est devenu une maladie chronique. "On n'a plus peur du VIH parce qu'on sait le traiter, donc il est important que tout le monde sache que le traitement existe. Et quand le traitement est pris correctement, il n'y a aucun risque de transmission", a-t-elle conclu...

Mercredi 14 Juin 2023




Dans la même rubrique :