Saly : Les retombées d’un tête-à-tête entre anciens candidats à la migration et des journalistes


Le traitement de l’information relative à la question migratoire est aujourd’hui dans la ligne de mire des responsables de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim). C’est ce qui explique l’organisation d’une formation au profit de plusieurs journalistes. À cette rencontre de quelques jours qui est presque à terme, Fecam Marie Sèye la chargée de communication et point focal genre de ladite organisation, a relevé l’importance qu’une telle initiative a pour ses collaborateurs et elle.
 
‘’C’est important pour nous (d’offrir cette session de formation aux journalistes), parce qu’on sait que ce sont eux qui façonnent les populations. On les a donc conviés pour parler de la migration, de la terminologie, des bons mots à utiliser. Parce que nous savons que le choix des mots est important. Les mots peuvent avoir un impact surtout pour un sujet aussi sensible que la migration. Donc, cette rencontre permet de voir un autre aspect de la migration. Une occasion de présenter les choses sous une autre manière’’.
 
Cette rencontre, selon Fecam Marie Sèye, se veut une occasion pour l’Oim de favoriser la rencontre entre les journalistes et les migrants. Il est attendu de ce séminaire de mise à niveau que les parties prenantes puissent prendre en compte que, derrière les statistiques et les données, les sujets dont on parle sont des personnes comme elles.
 
Journaliste, Awa Cheikh Faye est une des bénéficiaires de cette formation. Une session de 4 jours organisée par l’Oim pour promouvoir le ‘’Mobile journalism’’, c’est-à-dire pour apprendre à faire du journalisme avec son téléphone, en passant de la prise d’image au montage. L’idée de l’Oim est selon elle, d’essayer d’aider les journalistes à mieux maitriser la question de l’émigration, à savoir utiliser les bonnes terminologies, à ne pas continuer à véhiculer les stéréotypes et aussi leur fournir des informations actualisées, des chiffres, des données’’.
Il ressort des déclarations faites par les deux interviewées que cette rencontre fut l’occasion pour les participants d’échanger avec des gens qui ont eu l’expérience, qui ont été migrants et qui, aujourd’hui, sont revenus. Ce sont des gens qui ont des histoires à raconter, des histoires personnelles, a indiqué Awa Cheikh Faye...
 
 
Jeudi 2 Décembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :