Saisine du président de l’AN sur le « supposé achat d’armement à 45 milliards » : La leçon parlementaire de Cheikhou Oumar Sy à Abass Fall


Après que l’affaire a été relatée dans la presse nationale et internationale, les députés de l’opposition se sont levés pour demander des éclairages. C’est en effet, Abass Fall, député à l’Assemblée nationale, par ailleurs président de la commission de l’énergie et des ressources minérales dans la 14e législature, qui s’est insurgé contre cette information qui fait état d’un supposé achat d’armement au niveau du ministère de l’environnement et du développement durable pour une montant de 45 milliards de francs CFA par l’entremise d’un homme d’affaires nigérien. 
Le parlementaire de l’opposition a saisi le président de l’Assemblée nationale pour l’ouverture d’une enquête parlementaire sur ce contrat soulevé et qui fait la Une de l’actualité depuis quelques jours. Toutefois, un ancien parlementaire,Cheikh Oumar Sy, en l'occurrence, a donné son point de vue sur la question à travers sa page Facebook.
« Je doute que la saisine de l'honorable député Abass Fall, pour éclairer les sénégalais sur le scandale des 45 milliards pour l'achat d'armes pour protéger les Oryx, ne puisse avoir un écho favorable. Il y a vice de forme, le Président de l'Assemblée nationale n'est pas tenu de répondre à  sa requête. Il n'ordonne pas l'ouverture d'une enquête parlementaire. Son rôle se limite, au-delà de sa posture politique, à coordonner les activités du parlement ». 

 
Pour l’ancien parlementaire de la 12elégislature, la création d'une commission d’enquête relève exclusivement de l’initiative parlementaire. Celle-ci doit, par ailleurs, prendre la forme du dépôt, par un ou plusieurs députés, d’une proposition de résolution tendant à la création d’une telle commission. Cette proposition de résolution doit exposer les motifs de la demande et déterminer l’objet de l’enquête. Ensuite, elle est transmise à la commission permanente compétente au fond (dans ce cas précis ce sera la commission Défense ou celle du Développement). C’est par la suite que l’Assemblée nationale va se prononcer en séance publique en votant pour adopter ou rejeter la mise en place d'une commission parlementaire. Si elle est adoptée, la commission des lois se chargera de mettre en place ladite « commission d'enquête parlementaire » clarifie l’ancien député...
Samedi 29 Octobre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :