SENELEC - PASE II / Axe Pakour-Vélingara-Médina Gounass : Quand la denrée énergétique change le tissu économique à la plénitude totale des populations (Reportage)



C'est dans la commune de Pakour, précisément à Diarga Sané, que nous avons entamé avec la mission de supervision de la Banque mondiale, la deuxième journée de prospection avec la Senelec, entité qui pilote le projet d'appui au secteur de l'électricité. 
Dans la région de Kolda située à 65 km de Vélingara,  les peulhs sont majoritaires dans la plupart des villages qui composent ce bourg-chef lieu de communauté rurale. Les activités tournent généralement autour de la pratique de l'élevage et de l'agriculture. Mais également, les femmes ont leurs activités parallèles de même que les jeunes souvent confrontés au manque criard d'électricité.

Ainsi, avec le projet de la Senelec connu sous l’appellation (projet d'appui au secteur de l'électricité) et financé à hauteur de 60% par la Banque mondiale, principal partenaire, la lumière jaillit désormais dans les maisons restées pendant de longues années dans les ténèbres. Comme nous l'explique cette bénéficiaire habitante de Parkour et répondant au nom de Moumini Cissé, le projet, à l'instar des autres localités que la mission a visitées hier dans sa première journée, a eu un impact positif sur la vie des populations. "Nos enfants qui viennent de naître ne connaissent pas l'électricité. Mais nous qui sommes leurs parents, savons bien l'utilité de cette denrée. Nous faisions des kilomètres pour aller à Cambasse pour retrouver du pétrole afin d'allumer nos lampes tempête. Mais aujourd'hui, tout cela est derrière nous grâce à la Senelec qui nous sort de l'ornière avec son projet, PASE", témoigne la bénéficiaire qui est d'ailleurs confortée par un voisin, Seyni Ba Sané, animateur du centre de lecture et d'animation culturelle de Pakour qui manifeste son satisfecit sur le projet : "l'électricité est  vraiment arrivée au bon moment. Déjà, ce projet nous a donné l'opportunité de produire de la glace, de la vendre et d'avoir des économies. Le village est maintenant debordant d'activités. Cela peut nous permettre d'avoir des économies et de subvenir ainsi, à nos besoins", a souligné notre interlocuteur qui donne des assurances à la mission venue recueillir leurs avis. Même les infrastructures éducatives, économiques et sportives sont aujourd'hui en marche grâce à l'arrivée de l'électricité.

Après une heure de route, la délégation de la Banque mondiale et les agents de la Senelec ont atteint le département de Vélingara où des postes de distribution d'électricité sont implantés avec une prise en charge chacun, de plus de 100 ménages. Un passage à la municipalité de Vélingara permettra à la mission de s'informer sur l'impact économique du projet, ainsi qu'à la qualité de service que la Senelec a suscitée après la matérialisation du projet d'appui au secteur de l'électricité qui touche pratiquement plus de 2000 ménages. Par ailleurs, les caisses de la commune vont être renforcées parce que les populations, trouvant désormais de l'électricité, vont enfin s'implanter, mener des activités économiques qui seront rentables à la  commune. 

Après le trajet Bonkoto-Médina Gounass, la mission de supervision de la banque mondiale se rend dans les différents sites de reboisement compensatoire. Dans ces sites, se matérialise l'accord entre la Senelec et la direction des eaux et forêts. Cette mise en œuvre s'explique à travers des reboisements linéaires, des reboisement massifs et paysagés avec une distribution de plantes. Le Capitaine Gott Dieng, chef du secteur des eaux et forêts de Vélingara, assure que la Senelec, à travers ce projet, a mis à leur disposition suffisamment d'arbres pour mieux exécuter la compensation. "Nous avions, de manière prévisionnelle, envisagé 10 ha, mais finalement nous avons fait 31 ha sur 34 km », a informé l'agent en charge des questions environnementales dans le département de Vélingara, sans oublier de donner aussi le nombre d'espèces de plantes qui tournait autour de 14.000 plantes. "Nous saluons le respect de ce protocole parce que la Senelec nous a même permis de reboiser d'autres sites qui n'étaient pas impactés par le projet".

Après cette étape, la mission de supervision de la banque mondiale s'est dirigée avec la Senelec vers la région de Tambacounda où le départ est prévu demain pour entamer l'avant dernière journée dans la région de Kédougou. Dans cette région, l'impact du projet d'appui au secteur de l'électricité va être mesuré par la mission dans les sites de Bandafassi et de Salemata.

Mercredi 23 Février 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :