Procès Imam Ndao : L’épouse de Matar Diokhané nie avoir fourni un soutien à son mari


Procès Imam Ndao : L’épouse de Matar Diokhané nie avoir fourni un soutien à son mari
Ami Sall, cette jeune-dame de 30 ans, soupçonnée d’avoir fait l’apologie du terrorisme, estime qu’elle n’a rien à faire dans le box des accusés de la Chambre criminelle, devant laquelle elle a comparu sous la lourde prévention "d’association de malfaiteurs, acte de terrorisme par menace ou déstabilisation de l’État et blanchiment de capitaux".

La dame, qui a comparu pour son accointance avec un terroriste, son mari Matar Diokhané,  a nié les faits qui lui sont reprochés. "Ce n'est pas moi qui détenais l’argent (un montant de 22 000 Euros laissé par son mari) ", a d'abord lancé l'accusée, après la lecture de l'acte d'accusation. "Je ne me suis pas concertée avec mon mari dans le but de terroriser qui que ce soit", conteste l'accusée.

Amy Sall n’était pas au courant que son mari était de connivence avec un quelconque groupe terroriste. Elle a su relativement tard que les 22 000 Euros que détenait sa co-épouse Coumba Niang provenait de son mari Matar Diokhané. Ce dernier l’aurait reçu d'Aboubacar Shekau de Boko Haram. "Comba Niang m’avait remis un billet de 500 Euros et une autre somme de 200 mille francs CFA pour me faire soigner », avoue la première femme de Matar Diokhané… 

La femme du "cerveau" de la bande à l'Imam Ndao n’a, dans son audition, rien laissé filer. Elle n’est au courant de rien...
Lundi 16 Avril 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
QUI EST EN CRISE !

QUI EST EN CRISE ! - 17/07/2018