Mon avis sur les perspectives électorales de 2017 (Par Ibrahima Sène)


Mon avis sur les perspectives électorales de 2017 (Par Ibrahima Sène)
Yonu  Asskan Wi, ( YAW) vient de publier un appel aux autres composantes de la Confédération Pour la Démocratie et le Socialisme (CDS) pour  " une Candidature" commune  de la Gauche  aux élections présidentielles et  une " liste commune" aux législatives prochaines. 
Cet appel rendu public, interpelle non seulement chacune des organisations membres de la CDS, mais aussi, toute femme ou homme de Gauche se réclamant des " Conclusions des Assises Nationales". 
En attendant que le PIT, dans ses instances habilitées, décident des perspectives électorales prochaines, nul ne peut ne pas réagir, à titre personnel, à cet appel qui pose en public, un débat qui était prévu à être organisé en interne, au sein de la CDS. 
Mon option, comme citoyen se réclamant des " Conclusions des Assises nationales",  par rapport à la candidature aux présidentielles prochaines, découle directement  des " Orientations" de la CDS, d'où  est issu son programme politique, dans le court, moyen et long terme. 
Dans le court terme , se dessinent les perspectives électorales présidentielles et législatives qui devraient être évaluées de façon concertées au sein de la CDS, et ensuite, conjointement avec toutes les composantes politiques, économiques, sociales et culturelles du " peuple des Assises nationales", pour désigner son (sa) " candidat( e)" devant "parachever la mise en œuvre des  Conclusions des Assises nationales". 
En 2012, cette démarche pour désigner le (la)  candidat (e)  du peuple des Assises nationales a été plombée d'abord , par l'apparition de " Benno Alternative 2012", puis , par le désaccord au sein de sa composante politique, entre le PS et l'AFP. 
Ce désaccord n'a pas pu recevoir l'arbitrage du " Comité National de Pilotage" ( CNP) des Assises nationales, pourtant sollicité à travers son Président,  qui a auditionné les dirigeants du PS et de l' AFP en vue d'un accord politique entre eux, sans y parvenir pour autant. 
Devant ce blocage, il aurait fallu  organiser leur audition individuelle  par le CNP, avant de procéder à un choix souverain  du " candidat du peuple des Assises nationales", 
En l'absence d'un tel arbitrage, les composantes politiques et de la société civile "du peuple des Assises nationales", sont allées dispersées au premier tour des Présidentielles de 2012. 
Ce n'est qu'au second tour, que le CNP a auditionné le candidat qualifié, pour décider de son soutien en tenant compte de ses engagements du 12 mars 2012, de " mettre en œuvre les Conclusions des Assises nationales". 
C'est donc en tirant les leçons de ce passe récent, que  les perspectives électorales de 2017 devraient être pensées, pour désigner le ( la)" Candidat (e) du peuple des Assises nationales" , pour autant que l'on est convaincu, comme l'est la CDS, qu'elles  sont toujours a l'ordre du jour, et qu'il faille parachever leur mise en œuvre.
C'est pour cette raison, que  c'est sur la base d'une évaluation conjointe au sein de CNP des "Assises nationales,"  que les perspectives électorales prochaines devraient être retenues, et le choix du (de la) candidat(e) opéré.
A cet effet, les évaluations faites par les différentes composantes  politiques, économiques, sociales, et culturelles, du " peuple des Assises nationales", devraient être partagées au sein du  CNP en vue d'un consensus. 
C'est dans ce sens que la CDS est attendue sur ses évaluations et  ses propositions. 
C'est donc pour cela, que toute démarche unilatérale d'une composante quelconque de la CDS, visant à " diviser" de nouveau,  le " peuple des Assises nationales" sur des bases idéologiques, entre gauche, social démocrate, social libérale, et libérale, est à combattre sans concession aucune. 
Cela a été politiquement fatal  pour le " peuple des Assises nationales" en 2012.  Récidiver serait donc suicidaire pour ce peuple.
Ici s'impose le respect  strict de la nature sociale du " peuple des Assises nationales" qui s'est rassemblé sur des bases nationale, républicaine, démocratique, citoyenne et de justice sociale, en transcendant les clivages idéologiques, afin d'arriver à des "Conclusions consensuelles" largement soutenues par l'essentiel des forces vives de la Nation.
Donc, la CDS, qui a fait de ces " Conclusions" son programme minimum, ne peut pas, pour être cohérente avec elle même, aller en contresens, en se démarquant des autres composantes des "Assises nationales" sur des bases idéologiques, avec la prétention d'incarner " une orientation de gauche des Conclusions des Assises nationales".
 Ce faisant, c'est  ignorer que celles ci ne sont ni de gauche, ni de droite, mais bien, nationales , républicaines , démocratiques, citoyennes et de justice sociale.
Cette prétention est d'autant plus inexplicable, que la CDs est  suffisamment claire dans ses perspectives de conquête démocratique du pouvoir.
En effet, dans la " Résolution finale" des Assises  de  la Gauche du 21 et 22 Février 2015, qui l'ont créée,  la CDS affirme clairement " son option de conquête démocratique du pouvoir, .. 
" en vue de réaliser un programme de transformation sociale au service exclusif du peuple". 
Pour ce faire, dans sa " stratégie de mobilisation et d'intervention populaire", la CDS s'est donnée comme " exigence un vaste travail de massification ciblant en particuliers les travailleurs des villes et des campagnes,  ainsi que les couches dominées et exploitées de notre société". 
Donc, à moins de croire que les enjeux des prochaines élections présidentielles  posent  comme agenda " la transformation sociale", qui est pour la CDS un objectif de moyen long terme, et non, le parachèvement de la mise en œuvre des " Conclusions des Assises nationales, qui est son programme de court terme, la CDS devrait s'abstenir de  se démarquer sur des bases idéologiques, dans le choix du ( de la ) candidat (e) du peuple de Assises nationales. 
L'avènement de la CDS , avec une vision claire des enjeux dans le court, moyen et long terme, avait  permis de croire que le " démon du gauchisme" qui rêve de réaliser la" révolution" a chaque échéance électorale,  était bien mort de sa belle mort et enterré à jamais! 
Mais, c'était sans compter avec la nature  sociale petite bourgeoise des forces politiques  qui se réclament de la " Gauche" et qui sont " toujours pressées d'accomplir le grand Soir". 
Il est donc temps de revenir à nos " Orientations" et " démarches consensuelles" qui ont fondé notre volonté  d'unifier les Forces de Gauche" du Sénégal au sein de la CDS, 
 Dans ce cadre, une  " candidature de démarcation idéologique" de la CDS  au sein du peuple des Assises nationales, en vue des prochaines présidentielles, me  semble inacceptable, puisqu'immature.  

Ibrahima Sene PIT/ Sénégal/ CDS
Fait à Paris le 13 Septembre 2015.
Lundi 14 Septembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :