Malnutrition : « Le Sénégal a les meilleurs niveaux en Afrique de l’Ouest comparés aux autres pays »


Pour les cas de malnutrition, « globalement les indicateurs sont satisfaisants bien que la tendance soit à la stagnation au niveau du Sénégal ». L’annonce est de El Hadj Malick Thiam, le responsable suivi évaluation au secrétariat exécutif du Conseil national de développement de la nutrition. En effet, selon le responsable, le Sénégal a les meilleurs niveaux de malnutrition en Afrique de l’Ouest comparé aux autres pays. « Nous avons les niveaux de malnutrition qui sont globalement les meilleurs en Afrique de l’Ouest si on les compare aux autres pays, mais qui sont quand même élevés. Les différentes zones du pays sont affectées de façon différente par les différents types de malnutrition. Par exemple, Matam est une des zones qui est structurellement touchée par la malnutrition aiguë, qui est à un niveau assez élevé et bien que globalement le niveau soit satisfaisant au niveau du pays. Il nous faut donc renforcer les efforts au niveau des collectivités territoriales pour renverser la tendance. Les niveaux de malnutrition sont différents suivant l’indice considéré. La situation est également différente suivant les différentes régions du pays. Il y a des régions affectées de façon différente mais globalement les indicateurs sont satisfaisants bien que la tendance soit à la stagnation au niveau du Sénégal », a renseigné le responsable.
Prenant part à l’assemblée générale constitutive du groupe des collectivités territoriales pour la nutrition, El Hadj Malick Thiam estime que la meilleure manière d’arriver à mettre fin à la malnutrition, c’est de faire de sorte que les collectivités territoriales participent à apporter leur soutien avec l’appui nécessaire entre elles. « Nous sommes passés à une phase d’institutionnalisation de la nutrition qui passe par la territorialisation de la politique de nutrition qui passe également par une meilleure implication des collectivités territoriales. Le meilleur moyen qu’on a pour arriver à ça, c’est de faire en sorte que les collectivités territoriales s’approprient cette approche à travers la mise en place d’un groupe de soutien qui sera un cadre d’échanges et qui va permettre aux différentes collectivités territoriales d’apporter un soutien entre elles, et d'apporter un appui à tout ce qui est programme de nutrition », précisera le responsable.
C’est dans ce cadre que les collectivités territoriales ont lancé ce matin le groupe de soutien à la nutrition pour prendre à bras le corps ce fléau.  Pour Amadou Djibril Diallo, le président du Conseil départemental de Matam, par ailleurs le représentant de l’Union des élus locaux à cette rencontre, la nutrition est un phénomène complexe qui nécessite que les collectivités territoriales prennent ça en compte. « La nutrition est un fléau et le gouvernement du Sénégal a décidé de prendre à bras le corps ce phénomène. Puisque les collectivités territoriales sont un démembrement de l’État, il y a un comité d’initiative pour gérer ce problème-là. C’est dans ce cadre que ce comité va migrer vers un groupe de soutien compte tenu de la complexité du problème pour que les exécutifs territoriaux, c’est-à-dire les maires et les conseils puissent prendre le problème en main. Parce que nous nous sommes rendus compte que la nutrition est un phénomène très complexe. Il y a le problème de la qualité de la nourriture. C’est une dimension assez complexe, il faudrait que les collectivités prennent ça en mains», a souligné Amadou Djibril Diallo, le président Conseil département de Matam…
Mardi 15 Novembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :