Le forum de quartier – un outil pédagogique pour rassembler les citoyens autour de l’essentiel


La souveraineté du peuple ne serait qu’une fiction politique si l’intérêt général n’était institué. C’est-à-dire si les citoyens ne trouvaient à s’exprimer dans des organisations publiques et notamment dans la gouvernance locale. La notion d’intérêt général est censée désigner l’ordre public, l’intérêt du peuple ou bien la priorité des décisions administratives sur les intérêts privés. Cette notion constitue le fond et le nœud conceptuel qui est l’objet même de l’initiative du FORUM SENEGALAIS DES QUARTIERS ET DES VILLAGES.
En effet, le  Forum de Quartier ouvre un nouveau champ de bataille circonspect autour duquel se recomposent les droits du citoyen. Il  renverrait d’abord au moment historique où le quartier  en corps devient la première instance légitime de référence qui dépasse la pure considération des intérêts individuels ou étatiques et qui pourrait réunir tous les intérêts des citoyens aussi divers soient-ils. Le quartier étant le creuset des dynamiques sociétale, éducative, environnementale, culturelle, sportive et économique, sa bonne organisation et sa bonne structuration impactent forcément sur sa stabilité donc sur le bien-être de ses résidents.
Le Forum de Quartier peut représenter un cadre de réflexion et d'initiatives qui permet une synergie concertée entre les acteurs de développement et les acteurs politiques  pour une bonne prise en charge de la gouvernance locale à travers des mécanismes endogènes adaptés à chaque quartier. Sa mission principale est la promotion et  l'émancipation des couches vulnérables que représentent la jeunesse et les femmes. Ces dernières ont besoin d’une formation diplômante et citoyenne adéquate  à  travers des mécanismes innovants d’actions sociales et des activités génératrices de revenus afin de résorber le chômage récurrent des jeunes et l'inactivité des femmes.
Le Forum de Quartier est composé d’instances appropriées qui délibèrent de manière démocratique et équitable des opportunités mises à sa disposition. De telles perspectives devraient être capables de répondre à l'attente des populations en favorisant la mise en place de structures adéquates pour l'exécution et le suivi des projets financés en vue d'en faire bénéficier à l'ensemble de ses participants.
Des commissions de travail sont créées dont le nombre correspond aux objectifs fixés, basées sur un règlement intérieur qui régit leur fonctionnement. Dans ce cas, une feuille de route est définie en fonction des réalisations, des acquis et leur suivi qui, à terme, feront l’objet d’un  échéancier sous forme d’un rapport explicite évaluable.
Pour veiller à ce que  tout participant bénéficie des avantages et retombées des projets et des formations, ils existent des appareils techniques de validation, de supervisions et de contrôles  qui ont pour mission principale d’approuver ou de rejeter la rentabilité ou la continuité d’un tel ou tel projet par rapport à sa performance et surtout l’impact attendu.
Les quartiers occupent une place centrale dans notre pays, et ne peuvent être gérés de manière aventuriste. Leur avenir dépend de nous et leur développement a besoin d’une stratégie collective et référentielle clairement assumée par chacun de ses habitants.  
Dès à présent, je vous invite à créer votre Forum de Quartier ou Forum de Village  pour participer dans cette dynamique nationale.
Construisons ensemble une force positive en dépassant nos identités politique, confrérique ou ethnique en nous appuyant sur la réussite de la diversité historique de notre pays.
www.forumdesquartiers.com
 
Pr Arona Coumba NDofféne DIOUF, Double PHD
Université d’Etat de la Ville de New York (CUNY)
 
 
Mercredi 14 Novembre 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :