La Journée mondiale d’Al-Qods et la nécessite de l’unité du monde Musulman face aux actes destructeurs du régime israélien

(Dr. Mohammad Reza Dehshiri, Ambassadeur de la République Islamique d’Iran au Sénégal et au Cabo verde)


Quds est la première qibla des musulmans du monde, ayant été capturée par les sionistes depuis 1948. Face à l'occupation de Jérusalem et de la Palestine, le peuple palestinien et les musulmans du monde entier ont démontré leur résistance et protestations. Après la victoire glorieuse de la révolution islamique en Iran, la question de la Palestine et la nécessité de soutenir la nation opprimée de Palestine est entrée au centre des préoccupations des dirigeants, du gouvernement et de la nation, ainsi que des élites politiques de l'Iran. En tant que fondateur de la révolution islamique en Iran, l'Imam Khomeini (RA) a en 1979, attirée l'attention de la communauté internationale sur le sort de Jérusalem et la nécessité de sauver la Palestine des griffes du régime criminel sioniste et a nommé le dernier vendredi du mois sacré du Ramadan en tant que "Journée mondiale des Qods". Il a ainsi jeté les bases de la solidarité des musulmans et de tous les peuples libres du monde en soutenant les droits légaux et humains du peuple palestinien, et a présenté la Journée mondiale de Qods non seulement comme la Journée de la Palestine, mais aussi comme la Journée de l’Islam.
 
La journée mondiale d’Al-Qods est l’occasion de réfléchir sur les objectifs de célébration de cette Journée mondiale ainsi que sur la nature destructrice du régime israélien et ses plans dévastateurs pour le monde islamique, ce qui nécessite l’unité et la solidarité des Musulmans pour contrarier les actes illégaux des sionistes contre les lieux saintes musulmans et chrétiens.
A. Réflexion sur la nature destructrice de l’idéologie sioniste
L’idéologie destructrice du sionisme ne connaît aucune frontière, aucun respect des droits de l'homme et aucune révérence pour les religions saintes. Elle néglige les lois internationales de par sa nature sauvage, devenue apparente dès le début de sa création illégitime et de son entrée illégale en terre sainte de Palestine. Outre des centaines de massacres, d'expulsions et de migrations forcées et d'accaparement de terres de Palestiniens autochtones qui ont conduit à un règne de peur, de terreur et d'horreur, les terroristes sionistes ont systématiquement et de manière hautement planifiée et provocante, détruit et profané des lieux saints musulmans et chrétiens et ont violé leurs droits religieux musulmans. Des centaines de mosquées ont été détruites et converties en temples juifs ou lieux d'activités laïques. Les mosquées Al-Aqsa et Ibrahimi ont été endommagées à plusieurs reprises et certaines sections sont maintenant utilisées pour les cérémonies religieuses des sionistes. De même, la plupart des lieux saints du christianisme en Palestine, les églises, les sanctuaires et les lieux attribués à Jésus-Christ ont été systématiquement endommagés et profanés. En outre, une guerre psychologique pré-planifiée et organisée a été utilisée de diverses manières contre les habitants musulmans et chrétiens palestiniens pour les empêcher de prier et d'assister à des cérémonies religieuses dans les mosquées et les églises. Ces habitants musulmans et chrétiens ont été harcelés, attaqués et isolés socialement et terrorisés par divers moyens, de sorte qu'ils ont préféré l’émigration ou l'isolement, s’abstenant d’assister publiquement à leurs propres cérémonies religieuses. Simultanément, des organisations sionistes internationales ont mené une campagne de propagande massive pour dissimuler ces crimes, en particulier aux États-Unis et en Europe. La longue histoire des crimes odieux du régime sioniste contre les Palestiniens musulmans et chrétiens démontre clairement qu'en dehors du massacre et de la torture quotidienne des Palestiniens, ils ne respectent aucunement les lieux saints de l'islam et du christianisme.
 
Les sionistes prévoyaient de créer un État juif en Palestine qui serait à 100% juif. Le christianisme et l'islam devaient être éradiqués et les chrétiens et les musulmans devaient être exclus. Le plan sioniste appelle à l'expulsion de tous les non-juifs de Palestine et à la destruction des lieux saints et sanctuaires musulmans et chrétiens. En 1948, les sionistes ont réussi à réaliser leur premier objectif en créant un État juif sur 80% du territoire palestinien. Par la force et les massacres, ils ont expulsé de la zone qu'ils occupaient plus de 800 000 Palestiniens, dont 700 000 musulmans et 100 000 chrétiens. Ils ont complètement détruit plus de 492 villages arabes en détruisant au bulldozer toutes les maisons et autres bâtiments des villages, afin d'effacer le caractère islamique de la terre. Selon les archives du Conseil supérieur islamique de Jérusalem, les forces sionistes ont complètement détruit et effacé 480 mosquées musulmanes et converti 14 mosquées musulmanes en un contrôle séculier sous forme d'usines, de clubs ou à d'autres fins non religieuses. Ils ont complètement détruit 410 cimetières musulmans, détruisant au bulldozer toutes les pierres et les restes. L'Hôtel Hilton de Tel Aviv a été construit sur le cimetière musulman d'Abed Al-Nabl.
 
Les sionistes ont occupé toutes les propriétés religieuses musulmanes dans les douze villes qu'ils occupaient et dans de nombreux villages ainsi que l'usurpation de bâtiments, de terrains, de magasins et d'autres actifs des institutions islamiques caritatives.
B. Condamnation de DESECRATION ET TENTATIVES ISRAÉLIENNES DE DÉTRUIRE LA MOSQUÉE SAINTE AL-AQSA À JÉRUSALEM
Le 30 mars 1982, des extrémistes juifs appelés le groupe des fidèles du mont du Temple, accompagnés de deux membres de la Knesset, Geula Cohen et Ben Porat, sont entrés dans la cour de la mosquée Al-Aqsa de manière provocante.
 
3 avril 1982 Un groupe de juifs extrémistes a tenté de piller la mosquée Al-Aqsa depuis la porte de bouse, mais a été empêché par les gardes Waqf. L'un des gardes musulmans a été abattu.
 
8 avril 1982 Un groupe d'extrémistes juifs fidèles au Mont du Temple a placé une fausse bombe et une lettre de menaces devant la porte de la mosquée Al-Aqsa. La bombe se composait d'une radio à transistors et d'un chronomètre. Le gardien de la mosquée l'a trouvée et démontée.
 
11 avril 1982 Destruction des lieux saints musulmans et violation des droits religieux musulmans. Un soldat israélien, né aux États-Unis, Allan Goodman, est entré dans la mosquée du Dôme du Rocher et a commencé à tirer des coups de feu au hasard. Une personne a été tuée et des dizaines ont été blessées.
 
22 mai 1982 Des juifs extrémistes sont entrés dans la région de Haram al Sharif, distribuant des tracts et incitant les juifs à aller prier dans la zone de la mosquée Al-Aqsa.
 
Le 4 juin 1982, des juifs extrémistes ont envoyé une lettre au Conseil islamique menaçant de démolir la mosquée Al-Aqsa.
7 juillet 1982 Le groupe extrémiste juif fidèle au mont du Temple est entré dans la cour de la mosquée pour organiser une manifestation en soutien à l'invasion israélienne du Liban.
 
28 juillet 1982 Des étudiants juifs armés de la Yeshiva ont saisi trois appartements près de la mosquée Al-Aqsa et ne sont partis qu'après avoir reçu l'ordre d'évacuer par la police.
 
5 mars 1983 Une charge explosive a été trouvée sur la route menant à la mosquée Al Aqsa, près de l'entrée de Bab al Majles.
14 janvier 1984 Des guides touristiques israéliens ont distribué de fausses cartes aux touristes montrant deux autels juifs à la place des deux mosquées sur Haram Al Sharif.
 
27 janvier 1984 Dans la nuit, un groupe de juifs extrémistes est entré dans la mosquée avec des explosifs, dans l'intention de faire sauter la mosquée Al-Aqsa.
 24 mars 1984 Un groupe juif extrémiste a déclaré publiquement son intention d'accomplir les prières de la Pâque et le sacrifice d'animaux dans la mosquée Al-Aqsa.
29 mars 1984 le département israélien d'archéologie du ministère de la religion a construit un tunnel d'un mètre de long, deux mètres de large et dix mètres de profondeur, près de la partie ouest de la mosquée Al-Aqsa près de la porte de Dung. Le tunnel a mis en danger le bâtiment du Conseil islamique.
 
23 avril 1984 Des juifs extrémistes sont entrés dans la cour de la mosquée Al-Aqsa, tenant des armes, pendant l'heure de la prière. Ils ont commencé à commettre des actes immoraux et indécents sur le lieu saint.
 
25 septembre 1984 Des membres du groupe extrémiste juif fidèle du mont du Temple ont tenté d'entrer dans la cour de la mosquée Al-Aqsa pour prier, mais ont été empêchés par les gardes du Waqf.
 
8 janvier 1986 Des membres de la Knesset accompagnés d'autres juifs extrémistes ont tenté de faire des prières dans la cour de la mosquée Al-Aqsa.
9 janvier 1986 Le Mont du Temple Des juifs extrémistes fidèles sont entrés dans la cour de la mosquée Al-Aqsa, après avoir hissé le drapeau israélien à la porte de Dung. La police a retiré le drapeau.
 
14 janvier 1986 lorsque le rabbin Eliezer Waldman a pénétré dans la cour de la mosquée Al-Aqsa, des centaines de jeunes musulmans ont manifesté contre son entrée. Les forces militaires ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et arrêté 19 personnes.
19 janvier 1986 le mouvement Kach, dirigé par Meir Kahane, a violemment tenté de pénétrer dans la cour de la mosquée Al-Aqsa. Ils ont été empêchés par les gardes-frontières, détenus pendant une heure, puis relâchés.
C. Condamnation des FOUILLES SOUS ET AUTOUR DE LA MOSQUÉE AL-AQSA et de toute tentative de la brûler ou détruire
Depuis mars 1968, les autorités israéliennes ont engagé une équipe archéologique juive pour des fouilles sous et autour de la mosquée Al-Aqsa dans le but de trouver des traces du temple juif. Ils ont introduit dans la région de Haram Al-Sharif de grands équipements de terrassement et ont effectué des fouilles dans de nombreuses parties de la zone sacrée. Ils ont creusé des tunnels sous les fondations de la mosquée Al Aqsa. Le Jerusalem Post Weekly du 7 juin 1968 a publié deux pages de photos des zones fouillées et un rapport sur les résultats sous le titre «Découverte de la chaussée extérieure du mur du temple». Le Jerusalem Post Weekly déclare: Du Temple lui-même, aucune trace n'a survécu à l'incendie de Titus en 70 après JC Les seules reliques sont les murs de soutènement d'Hérode.
 
Une plainte a été déposée au Conseil de sécurité des Nations Unies le 28 août 1969 par vingt-quatre pays musulmans en raison de la tentative d'incendier la mosquée Al-Aqsa. L'Ambassadeur Mohmmad El-Farra de Jordanie a fait une déclaration au Conseil dans laquelle il a déclaré: Aujourd'hui, ma délégation se joint aux 24 autres membres, représentant 750 millions de fidèles musulmans, qui ont demandé une réunion pour examiner une autre tragédie plus grave, à savoir , celle de la mosquée Al-Aqsa, et l'incendie qui a gravement endommagé ce lieu saint historique le matin du 21 août 1969. Les autorités israéliennes ont présenté plus d'une explication pour le début de l'incendie et ont finalement accusé un Australien d'incendie criminel. Selon des informations provenant de sources israéliennes, le suspect australien était un ami d'Israël ayant été amené par l'Agence juive pour travailler pour Israël.
 
D’autre part, les tentatives israéliennes de détruire la mosquée Al-Aqsa et le saint Dôme du Rocher ont franchi plusieurs étapes, dont les plus importantes sont les suivantes:
Le 21 août 1969, les autorités d'occupation ont été impliquées dans une tentative d'incendier la mosquée Al-Aqsa. Cet acte d'incendie a détruit la chaire historique de Salahuddin et des parties importantes de la mosquée. L’incendie a provoqué de graves fissures dans un certain nombre de piliers des mosquées, ce qui a entraîné l’effondrement d’une partie du plafond. Les habitants arabes de Jérusalem ont affronté cet abominable acte d'incendie criminel sans l'aide des autorités d'occupation en transportant des seaux d'eau à la main jusqu'à ce qu'ils réussissent à éteindre le feu.
 
Début 1980, une tentative a été contrainte de faire sauter la mosquée Al-Aqsa à l'aide d'explosifs dans le cadre d'un plan de complot en vue d'être exécuté par le rabbin Meir Kahane. Les explosifs ont été découverts quelques minutes avant l'explosion à une distance de 50 mètres de la mosquée.
 
Des fanatiques religieux juifs ont tenté à plusieurs reprises de prier dans des espaces spacieux de la mosquée Al-Aqsa, comme ils l'avaient fait dans le sanctuaire sacré d'Ibrahimi à Hébron. En outre, les extrémistes juifs ont tenté le 9 août 1981 d'entrer dans le sanctuaire sacré en grand nombre et à plusieurs reprises et à partir de diverses portes menant au sanctuaire sacré d'Al-Aqsa pour y faire des prières. Ils ont brisé la porte de Magharbah, la porte de fer et sont montés au bâtiment Tankinazia dans lequel les autorités d'occupation sont en garnison et qui surplombe les espaces ouverts de la mosquée. Mais les fidèles musulmans ont affronté ces transgresseurs et ont repoussé leurs intrusions.
 
Il est à noter que nombreuses fouilles israéliennes ont été effectuées dans les environs, ainsi que sous les fondations de la mosquée Al-Aqsa et du saint Dôme du Rocher. Toutes ces tentatives démontrent les visées malveillantes des Israéliens pour la destruction progressive de la Mosquée Al-Aqsa.
D. La condamnation des crimes et actes racistes du régime sioniste
La célébration de la journée mondiale de Qods vise à condamner les actes racistes et crimes du régime sioniste contre les droits de l'homme et contre le peuple palestinien. Les sionistes ont commis des crimes suivants entre autres :
* Dans les années entre les deux guerres mondiales, les sionistes ont commencé à tuer des Palestiniens en créant des organisations secrètes et armées. Après 1948 et la mise en place du régime illégitime israélien, leurs crimes ont augmenté. Depuis les années 1920 et 1930 jusqu’à aujourd'hui, le régime a effectué environ 130 massacres organisés et à grande échelle, à l'exception des fameuses guerres de 1956, 1967, 1973, 1982, etc., qui sont enregistrées dans l'histoire, Les massacres de Chatila (1982), le camp Ain al-Halwa (1984), Hammam al-Shatt (1985), Haram Ibrahimi (1994) font partie de ces crimes.
 
 * Tuer les Palestiniens et les Arabes dans la région: depuis le début de sa formation en 1948, le régime sioniste tue les musulmans palestiniens ainsi que d'autres nations musulmanes. Le massacre d'environ 100 000 Palestiniens et Arabes depuis 1948 témoigne des crimes de ce régime. A cet égard, l'année dernière (2020), les forces militaires de ce régime ont martyrisé plus de 70 civils et 6 740 autres ont été blessés. Au cours de la même période, le nombre d’opérations de tir menées par l’armée sioniste est atteint le nombre de 1 600.
 
* Meurtre d'enfants: depuis sa création, le régime sioniste a brutalement assassiné des femmes et des enfants palestiniens. Au cours des 20 dernières années seulement, depuis 2000, plus de 2 100 enfants palestiniens ont été tués par les forces israéliennes.
 
* Prisonniers palestiniens: parmi les crimes du régime sioniste figure le martyre de 16 prisonniers palestiniens en 2020 à la suite de la torture, la négligence médicale de l'organisation des prisons sionistes et le refus d'accès au vaccin de Covid 19 pour les prisonniers palestiniens. Sur les 700 prisonniers palestiniens, plus de 300 sont atteints de maladies chroniques, dont plus de 100 sont dans un état critique en raison de leur atteinte au coronavirus. D'un autre côté, Israël a brutalement torturé des prisonniers palestiniens, violant ainsi les droits de l'homme et le droit international. Jusqu'à présent, plus de 70 prisonniers palestiniens ont été torturés par les forces du régime sioniste.
 
      E. Soutenir le retour des réfugiés Palestiniens à leur patrie
 
La nécessité pour les réfugiés palestiniens de retourner dans leur patrie: les Palestiniens comptent désormais le plus grand nombre de personnes déplacées au monde, soit environ 7,2 millions à la fin de 2020, dont beaucoup se trouvent dans des conditions de logement médiocres. La santé, l'éducation et les moyens de subsistance sont en déficience dans les camps en Syrie, au Liban et en Jordanie. Ils ont été déplacés de leur patrie pendant les années avant et après 1948 (la formation du régime sioniste). Par conséquent, leur retour dans leur patrie est une nécessité légale et humaine, conformément aux principes de droits de l’homme.
 
F. Condamnation du siège de la bande de Gaza
 
L'acte inhumain du régime sioniste visant à assiéger régulièrement la bande de Gaza a privé plus de 2 millions de Palestiniens vivant dans la bande de Gaza de la liberté de circulation et de l'accès aux produits de première nécessité. Ainsi, l’économie de cette région est exposée à la destruction et à l’effondrement. De même, durant la pandémie de Corona, ce régime essaye d’empêcher et de restreindre l'entrée du vaccin corona dans la bande de Gaza (malgré une forte densité de population) et la destruction de terres agricoles dans la bande de Gaza en raison des inondations sur les terres agricoles, ce qui est considéré comme l'un des derniers crimes du régime sioniste contre les résidents opprimés de cette Région.
 
G. Condamnation des actes racistes d’implantation des colonies juive
 
 Le régime sioniste essaye continuellement de judaïser Jérusalem en poursuivant l’implantation des colonies juives et en annexant des parties de la Cisjordanie, en détruisant les maisons palestiniennes, en expulsant et en déplaçant les Palestiniens, en particulier à Jérusalem, et en consolidant leur présence dans les territoires palestiniens, s'opposent à la résolution 2334 du Conseil de sécurité sur la cessation des colonies peuplées dans les territoires occupés. En 2020, au milieu de l'épidémie du virus Corona, les sionistes ont détruit plus de 700 logements palestiniens, ce qui a entraîné le déplacement d'environ 690 personnes. Israël essaye de changer le contexte de Jérusalem de l’Est, d’annexer progressivement cette partie aux territoires occupés, d’accroître sa présence militaire et sa surveillance, d’interdire la circulation des citoyens palestiniens vivant à Jérusalem et de révoquer la carte d'identité, et le permis de séjour permanent des résidents palestiniens, ce qui est en violation avec la loi et les accords internationaux, en particulier l'article 43 de la Convention de La Haye et la quatrième Convention de Genève. Le régime sioniste cherche en fait à évacuer le Jérusalem occupée des habitants musulmans  et à le judaïser complètement.
 
Le régime sioniste, qui prétend être la seule démocratie au Moyen-Orient, a adopté une loi au sein de son parlement appelée la loi sur l'État-nation juive, qui reflète le fait qu'Israël est un régime raciste, antidémocratique et arrogant qui ne respecte pas les droits fondamentaux et naturels des habitants de la Palestine occupée. Ce régime s'efforce à les diviser en citoyens du premier et du deuxième degré. Le plan a rencontré une large opposition même en Israël, et de nombreux pays et organisations internationales s'y sont opposés.
 
H. Condamnation des tentatives déstabilisatrices du régime israélien dans la région
 
Le régime sioniste essaye de troubler l'ordre et la sécurité de la région, soutenir les groupes terroristes, violer la souveraineté des gouvernements régionaux, en particulier la Syrie et le Liban, ainsi que menacer ouvertement certains pays de la région comme l’Iran. Dans cette circonstance, la normalisation des relations par certains pays arabes avec le régime sioniste, démontre leur négligence envers les crimes du régime sioniste contre les pays musulmans de la région, en particulier la Palestine. Les accords de normalisation de certains pays arabes avec Israël (connus sous le nom d’Accord Ibrahim) ont été conclus sans consultation avec les Palestiniens, et la majorité des Palestiniens se sont déclarés opposés à ce compromis honteux. Les accords d'Ibrahim non seulement ne résoudront pas les problèmes du peuple palestinien, mais encourageront également le régime sioniste à poursuivre l'occupation et les actes inhumains.
 Il est à noter que par la suite de la politique dite de normalisation, les crimes du régime sioniste contre la Palestine, la Syrie et le Liban ont augmenté depuis 2020.
Remarques Finales
 
Compte tenu des crimes du régime sioniste, il est temps que les nations musulmanes célèbrent la journée mondiale de Qods et exhortent, même sur l’espace virtuelle, les organisations internationales vers l’adoption d’une position contraignante contre le régime israélien. En fait, Il y a une nécessite d’entreprendre des actions contraignantes contre le régime sioniste par le biais des organisations et forums internationaux, en particulier le Conseil de sécurité de l'ONU, afin de condamner les crimes et violations commises par le régime sioniste contre la Palestine, la Syrie et le Liban.
 
Il ne fait aucun doute que le régime sioniste est actuellement dans une impasse politique et n’est pas en mesure de former un cabinet solide malgré les élections répétées au cours des deux dernières années. Les responsables de ce régime sont également entachés de corruption, et le Premier ministre du régime sioniste est impliqué dans au moins 4 affaires de corruption importantes liées à la tromperie et à la trahison. .
 
La République islamique d'Iran en tant que précurseur de la cause palestinien a déjà présenté son plan pour résoudre la question de la paix au Moyen Orient.  Ce plan composé de quatre articles (enregistré au Secrétariat des Nations Unies) soutient que pour résoudre la crise palestinienne il faut d’abord tenir un référendum national libre avec la participation de tous les Palestiniens, ce qui est en conformité avec les principes du droit international.
Mercredi 5 Mai 2021
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :