Football - Équipe nationale : Pourquoi Pape Alioune « Badou » Ndiaye doit revenir dans la tanière ?


À l’instar de Pape Abou Cissé et Ousseynou Ba, tous deux pensionnaires de l’Olympiakos (SuperLeague grecque), le footballeur international sénégalais, Pape Alioune Ndiaye (31 ans) a retrouvé son football chatoyant, avec l’Aris Salonique FC.

Si son arrivée dans ce championnat s’est faite sur la pointe des pieds, le 22 juillet 2021 (jusqu’en juin 2024), ses récentes performances parlent d’elles-mêmes depuis le début de la saison (13 matches, 2 buts et une passe décisive.) Des statistiques loin de matérialiser l’impact réel de l’ancien joueur de Stoke City et Galatasaray, sur son équipe qui titille les grosses écuries de la Super League.


Éloigné de la sélection nationale et son lot d’exigences, depuis un peu plus d’un an, PAN a joué pour la dernière fois avec les Lions le 11 novembre 2020, à l’occasion de la double confrontation du Sénégal avec la Guinée Bissau (11 et 15 novembre 2020, 4e journée des éliminatoires de la CAN 2021.) Associé au milieu de terrain avec Cheikhou Kouyaté et Krépin Diatta, Pape Alioune avait par la suite disparu du onze de Cissé et plus tard de la liste de joueurs convoqués dans la tanière.

Depuis ses passages à Fatih Karagumruk (Superlig turc), puis son aventure dans le golfe, en championnat d’Arabie-Saoudite, avec Al-Ain, Badou Ndiaye qui commençait à disparaître des radars du football circus, retrouve la lumière au bon moment. Un retour en état de grâce à quelques semaines d’une décisive 33ème Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021 durant laquelle le Sénégal aura besoin de ses meilleurs atouts pour aller à la conquête de son premier trophée majeur au Cameroun. 

Justement, entre la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et Pape Alioune, le courant passe plutôt bien. En effet, après deux éditions disputées sous les couleurs nationales en 2017 puis en 2019, il est l'un des rares Lions à avoir été à la hauteur des attentes d'Aliou Cissé et du peuple Sénégalais. Sur les 11 derniers matches de phase finale de la CAN joués par le Sénégal, Badou a été aligné à 10 reprises (3 matches à la CAN 2017 et 7 lors de l’édition 2019) par Aliou Cissé qui avait fini de faire du Djolof Djolof, un élément clé de son système de jeu. Avec lui, les Lions n’ont perdu, qu’à deux reprises à la Coupe d’Afrique (Défaites contre l’Algérie en 2019, en phase de poule et en finale) pour 07 victoires et deux nuls. 

Véritable plaque tournante du milieu sénégalais, il a été de l’avis de beaucoup d’experts et tout simplement supporters sénégalais, le meilleur Lion à l’issue de la précédente CAN. L’on se rappelle de la très belle trouvaille du coach Aliou Cissé qui avait eu la brillante inspiration de faire descendre d’un cran Pape Alioune, qui se retrouvait au poste de sentinelle, en pur numéro 6, devant la défense sénégalaise. Un rôle prépondérant qu’il avait joué avec la pleine mesure de son potentiel alliant agressivité dans la récupération du cuir, intelligence dans la lecture du jeu et donc l’occupation de l’espace mais surtout très propre dans les premières sorties de balles. 

Affichant un gros volume de jeu doublé d’une grande agressivité dans le pressing et la récupération haute du ballon, le milieu sénégalais, très rapide et véloce, offre également une précieuse palette technique (dribbles, jeu en triangle, centres et précisions sur les balles arrêtées…) Un profil dont ne dispose pas vraiment Cissé qui n’a à peine quelques semaines pour concocter une liste équilibrée et cohérente.

Force est de constater que depuis que ce poste est orphelin de PAN, les Lions cherchent encore le bon profil, cette parfaite sentinelle qui était capable de bien défendre tout en prenant la construction de jeu à son compte. L’avènement d’autres milieux défensifs tels que Mamadou Loum Ndiaye, Joseph Lopy, Franck Kanouté, ou encore plus récemment, Nampalys Mendy et Pape Guèye, démontre si besoin en était que ce compartiment du jeu reste encore en état de chantier. 

Une situation dont Aliou Cissé a parfaitement conscience, lui qui n’a eu de cesse de multiplier les associations et propositions tactiques pour stabiliser son entrejeu et donc mieux couvrir la défense des Lions extrêmement exposée au vu des dernières rencontres disputées par les vice-champions d’Afrique. Suffisant pour faire appel au service du soldat Pape Alioune ? Rien n’est moins sûr ! 

Ce qui apparaît clairement, c’est qu’il faut remonter au 19 novembre 2014 (Sénégal vs Botswana), pour assister à la première convocation de Pape Alioune avec les Lions, en sélection. À l’époque, un certain Alain Giresse était encore aux commandes de la tanière lors des éliminatoires de la CAN 2015. Laissé sur le banc, PAN aura par la suite sa chance avec l’avènement d’Aliou Cissé, qui le fera jouer contre la Namibie, le 05 novembre 2015... 

Tout cela pour dire que le coach aux dreadlocks qui a toujours cru au talent de Badou Ndiaye, a presque tout le temps fait appel à ses services pour servir la sélection nationale. Avec une trentaine de sélections à son actif, le milieu de l’Aris Salonique a été titularisé pas moins d’une vingtaine de fois (23) avec les Lions. 

Malgré un mondial 2018 assez timide, avec une petite apparition en fin de partie contre le Japon (81e minute), PAN qui était sur le banc contre la Pologne et la Colombie fait partie de ces joueurs de devoir qui ne font pas vague attendant la moindre petite occasion pour mouiller le maillot au nom et pour le compte de la nation sénégalaise. Un joueur de devoir comme on aime à le dire dans le jargon du football. 

Un Lion qui s’intègre parfaitement dans la tanière sénégalaise. Une tanière quelque peu fragilisée par le forfait de Krépin Diatta et les incertitudes autour des cas du capitaine des Lions, Kalidou Koulibaly et Ismaïla Sarr. Dès lors, il serait fort regrettable de se passer d’un joueur du calibre de Pape Alioune qui, présentement remplit tous les critères pour intégrer la future liste d’Aliou Cissé. 

De plus, avec les dérogations autorisées par confédération de football (CAF), pour faire face à la pandémie, les sélectionneurs qui ont la possibilité d’élargir leurs listes de joueurs convoqués, n’ont aucune excuse, tout compte fait. 

La trentaine bien engagée, Pape Alioune qui est actuellement épargné par les pépins physiques et autres tracasseries d’ordre contractuel, affiche une pleine maturité qui, somme toute, est compatible avec celle de l’actuel groupe dirigé par Cissé. Une sélection nationale mature, expérimentée et peut-être enfin prête à aller conquérir la CAN…


Football - Équipe nationale : Pourquoi Pape Alioune « Badou » Ndiaye doit revenir dans la tanière ?
Mardi 14 Décembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :