Entretien avec Adji Mbergane Kanouté : « Les premiers pas du régime de Diomaye sont timides avec des faux pas du gouvernement… »

Dans cet entretien dans lequel elle a voulu répondre à certaines questions relatives à l’actualité au Sénégal, Adji Mbergane Kanouté, Présidente de la formation politique Union pour le Développement du Sénégal ( UDS/A), fait le point sur les débuts du régime de Diomaye Faye qu’elle juge timides. La Vice Présidente du groupe parlementaire Benno revient également sur la baisse des prix des produits de consommation annoncée par le gouvernement, sans oublier la dernière attaque du leader du Pastef à l’opposition.


1- Le monde syndical est frappé par le rappel à Dieu de Mademba Sock. Un témoignage…

 
Je voudrais présenter mes sincères condoléances au monde syndical suite au décès de Mademba Sock, un homme courageux. Je voudrais également témoigner à sa famille et amis de ma compassion et prie pour que le Tout Puissant ait pitié de son âme. C’est un homme qui s’est illustré dans le mouvement syndical avec beaucoup de leadership et d’engagement jusqu’à la fin de ses jours. C’est le syndicalisme Sénégalais et même Africain qui a perdu. Un homme affable qui a toujours été du côté des travailleurs. Que le Tout Puissant l’accueille dans son paradis. 

2- Alors, revenant sur l’actualité politique, comment interpréter la dernière sortie d’Ousmane Sonko sur la presse, l’opposition et sa révélation sur le ministre de la justice ?

 
Je pense que ces questions de haute importance comme le fisc requièrent de la sérénité. Il est normal qu'un nouveau régime fasse l'état des lieux de la gestion du pays et suive son programme de société. Mais la presse, quels que soient ces manquements, il y a toujours des moyens de discuter et de trouver des solutions durables. L'heure n'est pas, pour les nouvelles autorités, à aggraver les problèmes, mais de trouver des solutions pour ce secteur qui a besoin d'une attention particulière.
Les propos de M. le Premier Ousmane Sonko, même sous le paravent du président de Pastef ne peuvent échapper à son statut de Premier ministre.
 

2- Comment apprécier les prix annoncés par le gouvernement ? Comparaison avec les dernières baisses sous le président Macky Sall en novembre 2022?

 
J'avoue qu'avec tout ce temps que le nouveau régime a pris, je m'attendais à mieux que cela. Nous avons toujours dit que la réalité du pouvoir est tout autre. Du dehors, on ne peut apercevoir les contraintes qui se posent à un gouvernement. Ses marges de manoeuvres peu évidentes face à la complexité de certaines décisions. Une baisse n'est jamais à rejeter. Nous saluons la baisse de certains prix de denrées de première nécessité, mais je trouve que c’est assez timide.
Mais nous attendons, le peuple aussi, davantage de baisses pour soulager les Sénégalais et le panier de la ménagère.
Je rappelle que le Président Macky Sall, deux semaines après sa prise de fonction en 2012, sans sortir donc du mois d'avril, avait déjà procédé à une baisse des denrées et avec une différence de 100 à 200 francs sur certaines denrées. Un gros soulagement pour le peuple qui a continué à lui faire confiance parce qu'il a tenu ses promesses. Et c'était l'une des plus urgentes. 
Les dernières baisses aussi ont été loués par les Sénégalais, notamment sur les tarifs du loyer. Le Président Sall avait ce sens de l'équité sociale. Comme il en a fait avec les bourses de sécurité familiale que le Président Diomaye a d’ailleurs maintenues.

 

3- À quelques jours de la Tabaski, quel regard sur l’engouement autour du mouton, des denrées et autres besoins ?

 
La Tabaski est un évènement religieux et social. Sinon même sociétal, d'autant plus qu'elle mobilise presque tous. Un moment sensible surtout dans un contexte de crise et de morosité économique. Les pères et mères de famille sont stressés, les employés inquiets. Nous le constatons tous, l'ambiance n'est pas ce qu'elle était souvent. Parce que tout est cher, le mouton ou les ingrédients,... Notre seul salut c'est notre solidarité légendaire et traditionnelle qui soulage les plus démunis. Nous déplorons le diktat inhumain et injustifié de certains transporteurs en cette veille de fête de Tabaski.
Nous interpellons M. le Ministre des Transports Terrestres, El Malick Ndiaye, à mettre fin à cette situation déplorable et qui affecte la « poche » du gorgorlou.

 

4- Quelle analyse sur les premiers pas du régime de Diomaye?

 
Disons que le Président de la République fait son petit bonhomme de chemin. Mais il y a des lenteurs aussi sur certains dossiers urgents. Il faut le noter. On attend de voir. Des premiers pas timides, donc, avec des faux pas aussi de son gouvernement. On attend la suite...

 
 
Samedi 15 Juin 2024
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :