Casamance : Les contours d’une convention ‘’gagnant-gagnant’’ entre les Chambres de commerce de Dakar et de Ziguinchor.


La verte Casamance a été l’hôte de la délégation de la Chambre de commerce, d’Industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), les mercredi, jeudi et vendredi dernier. Une délégation conduite par son président Abdoulaye Sow pour une visite de travail qui a servi de cadre pour la signature d’une convention entre les Chambres de commerce de Dakar et de Ziguinchor (Cciaz). Et ce, sous la présidence de Fiacre Coly, président du Conseil départemental qui représentait le gouverneur, à cette rencontre.
 
Lors de cette mission des membres du Bureau de la Cciad, qu’il a conduite, le président Sow s’est d’emblée félicité de l’invitation de son collègue Jean-Pascal Ehemba, qui se veut une occasion favorable ‘’pour des échanges et la signature d’une convention. Certes, la mission de la Chambre de commerce est d’accompagner le secteur privé. J’ai vu qu’il s’investit chaque jour à voir comment concrétiser sa volonté de nouer un partenariat avec les deux institutions que nous dirigeons. Donc je le félicite devant vous’’, a dit le président de la Cciad qui entendait tresser des lauriers sur la tête de l’autorité de la Cciaz. 
 
Après s’être réjoui de l’accueil qu’il dit légendaire à Ziguinchor, il a manifesté la disponibilité de ses collègues et lui, à collaborer avec la chambre de commerce de Ziguinchor. ‘’J’ai discuté avec mon collègue Pascal et ai évoqué le budget du Mali et du Burkina Faso qui est de près de 30 milliards alors que le nôtre est de moins de 2 milliards.  Donc, il urge pour la Chambre de commerce qu’on lui restitue ses prérogatives. Parce que la Chambre de commerce doit être l’interlocutrice attitrée du secteur privé face à tous ces besoins. Nous avons effectué des visites (en Casamance) et avons noté beaucoup de réalisations faites par le président Pascal. Nous estimons qu’il nous faut lui apporter notre soutien dans le cadre de notre protocole d’accord pour qu’enfin, cela puisse profiter aux jeunes, a dit le Président Abdoulaye Sow tout en saluant les efforts consentis par l’équipe de la Cciaz pour accompagner les producteurs locaux, dans la conservation des produits pour venir à bout des pertes de récolte et de produits halieutiques locaux.
 
Ce fut l’occasion pour lui aussi de promouvoir la transformation des produits locaux et une meilleure sélection des produits destinés à l’exportation et aussi d’évoquer le renforcement prochain du fret maritime. Relativement à l’emploi des jeunes, il a annoncé une volonté de la Cciad d’accompagner la Cciaz. ‘’Nous avons dans notre délégation des chefs de division pour voir comment offrir une formation utile aux jeunes du terroir. Voir des jeunes ayant obtenu tous les diplômes universitaires sans pouvoir gagner sa vie, est une raison pour moi de croire qu’on doit revoir notre système d’enseignement. Voilà pourquoi nous estimons que cette formation dite ‘Ecole-Entreprise’, est la mieux indiquée. À ce sujet, nous avons tendu la main à nos collègues de la Chambre de commerce de Ziguinchor en leur assurant leur disponibilité à les accompagner, sur ce sujet.

J’interpelle les opérateurs économiques, les autorités, les jeunes, pour leur rappeler que rien ne peut se faire sans la paix. Aucune économie ne peut prospérer sans la paix. C’est un drame pour le Sénégal. Nous avons vu les actes que sont en train de poser les femmes, nous les saluons. Voilà autant de questions que nous avons, entre autres, évoquées avec le président Pascal Ehemba. Nous sommes dans les dispositions d’accompagner ces jeunes, mais nous leur demandons d’oublier leurs diplômes afin que nous puissions, main dans la main, développer notre pays’’, a-t-il déclaré...
Mardi 13 Avril 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :