Assaut contre les bases du MFDC à Niassya : L’armée liste le bilan des saisies et annonce l’ouverture de la boucle de Kaguitt-Toubacouta.


À la fin de la visite guidée de l’armée, les commandants qui ont mené les opérations contre les bases arrières du Mfdc ont fait face à la presse ce lundi 14 juin 2021. C’est ainsi que le lieutenant-Colonel Mathieu Diogoye Sène, commandant du groupement tactique interarmes Alpha dans le cadre de l’opération de sécurisation des secteurs 51 et 53 de la zone militaire n°5, est revenu sur l’opération menée par le 3ème bataillon d’infanterie.

« La première phase c’était à partir de Niassya, reconnaître l’axe Ediouma-Basséré qui correspondait à l’ouverture de l’axe Kouméré-Basséré-Kouring qui est devenu praticable. C’est un ancien axe de production depuis la maison forestière de Toubacouta qui fait la boucle jusqu’à Kaguitt » révèle le commandant, avant d'ajouter que « la deuxième phase de l’opération consistait à attaquer les positions du MFDC à partir de Basséré. Les positions de Basséré, Djiléor 1 et Djiléor 2, Eliotte, Ayingua 1 et Ayingua 2 ont été conquises. Aujourd’hui mon premier échelon est vers Bougnack ».

Selon le lieutenant-Colonel, il y a beaucoup de saisies qui ont été faites. Le bilan complet vous sera communiqué ultérieurement, fait-il savoir. « Ce qui nous intéresse c’est les quelques roquettes, grenades, mines et pièges artisanaux que nous avons détruits sur place. Nous avons aussi détruit des champs de chanvre indien au-delà des munitions. Les conditions sont créées pour le retour des populations dans leurs terroirs. On déplore un gradé qui a été blessé par mine et un de nos camarades qui a été blessé par balle » informe-t-il.

Le lieutenant-Colonel Clément Hubert Boukal, commandant le groupement tactique interarmes Bravo dont l’ossature est composée par le bataillon commando, révèle qu'il ont démarré une reconnaissance offensive en direction de Badem et en même temps ils ont assuré la sécurisation de l'ouverture des axes logistiques. Il souligne que « ces pistes servaient de pistes de production et ont l'objet d'un minage sauvage par le Mfdc. Donc 25 mines ont été enlevées et détruites dont 10 antichars et 15 anti personnel », liste-t-il.

Ensuite poursuivra-t-il, « nous avons mené la phase déterminante de notre mission qui consistait à s'emparer de la base de Bagame qui se situe pratiquement à la frontière à 200 mètres de la frontière et qui est une grande base composée de 15 bunkers étalés dans un dispositif dans la profondeur et qui étaient fermement défendue par l'ennemi. Donc après un accrochage intense qui a poussé l'ennemi à céder le terrain et laisser sur place beaucoup de matériel dont des roquettes d'armes antichars telles les B10 des mines antipersonnel ils ont aussi laissé des armes Rpg2 , 5 Ak47 et une quantité énorme de munitions, des documents, beaucoup de logistiques et des vélos qui leur servaient de moyens de déplacement pour acheminer leur produit », énumère le chef du commando...



Lundi 14 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :