Abus de confiance : pour la commande de 24 véhicules d'occasion importés, Abdoulaye C. D. verse 63 millions FCFA à sa collaboratrice qui ne lui en livre que 3.


Une affaire d’abus de confiance portant sur 63 millions FCFA opposant les prévenus Khadidiatou D. et Abdoul A. M. au plaignant Abdoulaye C. M. a été jugée ce 14 novembre, devant la barre du tribunal des flagrants délits. Liées par un contrat de vente et d’achat de véhicules venant des États-Unis, les parties n’ont pas pu s’accorder sur les résultats de leur business qui les ont finalement amenées devant le juge.

 

« Au début, c’était 63 millions FCFA pour 24 véhicules "venant". J’ai commandé ces véhicules auprès de la dame Khadidiatou D. que j’ai connue par l’entremise de son époux. Elle m’a fait des décharges pour les voitures qui devaient venir du Canada. Je suis resté plus de 2 mois pour me rendre compte qu’il y avait quelque chose qui clochait avant de découvrir en réalité que ma collaboratrice m’avait remis de faux documents », a soutenu le plaignant, Abdoulaye C. M. Selon lui, sur les 24 véhicules commandés, seuls trois (3) lui ont été remis avec leurs cartes grises. Interrogé, Khadidiatou D. qui gère une entreprise de communication et de vente de véhicules a donné sa version des faits.

« Abdoul A. M. travaille avec mon mari depuis plus de 10 ans. Dans le passé un fournisseur nous avait arnaqué et on a voulu changer de collaborateur, il m’a mis en rapport avec un certain Ibrahima Dabo. Abdoulaye C. D. m’a juste versé la moitié financière des 24 véhicules. Il  a reçu 4 véhicules de la commande. J’ai lui est reversé les 15 millions Fcfa ce qui fait qu’il reste 47 millions FCFA des 62 qu’il m’avait versés. Nous avons commencé la collaboration depuis le mois de juin », a précisé la mise en cause qui incrimine son collaborateur Abdoul Aziz M.

« C’est à Abdoul Aziz M. que j’ai remis tout l’argent que m’a versé Abdoulaye C. D. ainsi que les connaissements qui permettent d’entrer en possession des voitures. J’ai personnellement appelé Ibrahima son collaborateur qui se trouve aux États-Unis pour plus d’assurance et il m’a fait savoir qu’il était précisément au Texas et qu’il s’organisait à partir de là-bas pour acheminer les véhicules vers Dakar. J’ai toutes les décharges qui me lient avec Abdoulaye C. D. », a ajouté Khadidiatou D. 

De son côté, Abdoul Aziz M. atteste n’avoir reçu de la dame que 37 millions FCFA qu’il a à son tour reversé à Ibrahima Dabo.

« Je ne suis qu’un intermédiaire. Elle faisait affaire directement avec Ibrahima Dabo. L’argent que j’ai reçu de Khadidiatou, je le rechangeais en dollars et en euro et je l’envoyais par transaction et souvent par Gp à Ibrahima Dabo », s’est justifié devant la barre Abdoul Aziz M. qui sera immédiatement démenti par la prévenue.

« Je n’ai pas de fournisseur direct, je traite avec Abdou Aziz qui traite à son tour avec Ibrahima depuis les États -Unis. Abdoulaye C. D. a commandé 24 véhicules d’une valeur de 62 200 000F CFA. J’ai remboursé la valeur de 5 véhicules pour un montant de 15 millions FCFA », a-t-elle dit dans les débats d’audience. Des difficultés de faire sortir du port les véhicules commandés ont également dominé les interrogatoires. Abdoul Aziz M. a tenté d’expliquer les raisons.

« Le blocage des véhicules s’explique par le retard selon le fournisseur Ibrahima Dabo. Les véhicules peuvent faire des mois avant de sortir du port », a-t-il dit.

 

Dans sa plaidoirie, la partie civile représentée par Me Matar Paye a relevé la constance des faits d’abus de confiance contre son client, Abdoulaye C. D.

« Il y’a des manœuvres frauduleuses tendant à arnaquer mon client à la limite il y’a de l’escroquerie », a-t-il souligné. L’avocat a demandé au tribunal de déclarer la prévenue coupable des faits qui lui sont reprochés et a réclamé 70 millions FCFA en dommages et intérêts pour toutes préjudices subis.

 

Pour la défense de Khadidiatou D., les faits pour lesquels l’accusée est attraite devant la barre ne relèvent d’aucune qualification pénale.
 

« On a voulu mettre la pression sur la dame pour qu’on la garde en prison et lui faire payer de l’argent. L’ensemble des décharges de ma cliente sont déposées devant le tribunal et c’est la partie civile lui-même qui vous a dit que c’est un contrat de vente qui le lie avec Khadidiatou D. et cette dernière vous a soutenu que l’argent a été versé à Abdou Aziz. », a clarifié son conseil qui a sollicité sa relaxe purement et simplement.

Pour sa part, la défense de Abdoul Aziz M. représenté par Me Abdi Nar Ndiaye a demandé au tribunal le renvoi des fins de la poursuite en faveur de son client pour la bonne et simple raison que la partie civile a reconnu ne pas connaître Abdoul Aziz mais mieux, n’a jamais eu à faire affaire avec lui.

 

Statuant sur cette affaire, le tribunal a, dans son verdict, prononcé le renvoi des fins de la poursuite en faveur des prévenus Khadidiatou D et Abdoul Aziz M. mais les condamne tous deux (2) au paiement de 55 millions FCFA en dommages et intérêts.

Lundi 14 Novembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :