Vaccins acquis par le Sénégal à travers le mécanisme Covax : Don ou achat ?


Le Sénégal a reçu un lot de 324.000 doses d'AstraZeneca de l'Initiative Covax, portant son stock à plus de 500.000 doses. Avant cette livraison, 200.000 injections avaient été acquises auprès du laboratoire Sinopharm. Mais contrairement au vaccin chinois dont les conditions d'acquisition ne sont pas pour l'heure claires, le sérum suédo-britannique livré par le Serum Institute of India est un don. C'est du moins ce que soutient le communiqué du Conseil des ministres de ce mercredi 03 mars.

« À l’entame de sa communication, le Chef de l’État a informé le Conseil, qu’il vient de réceptionner au Palais de la République, un don de vaccins (324.000 doses) destinés au Sénégal, et issus de l’initiative COVAX », a amorcé le communiqué lu à Dakaractu.

Ce premier lot du vaccin AstraZeneca produit en Inde par le Serum Institute Of India sera complété par près de 1 million prévu dans le deuxième trimestre de 2021 qui sera tout aussi gratuit puisque représentant 20% des besoins du Sénégal pour vacciner les cibles prioritaires estimées à près de 4 millions de personnes.

Contacté par Dakaractu, Unicef Sénégal confirme que Covax fournit gratuitement 20% des besoins en vaccins anti-covid des économies à revenu faible.
Dirigé par Gavi, CEPI, l'Oms et l'Unicef, Covax ambitionne de fournir 1,3 milliard de vaccins aux pays défavorisés, majoritairement situés en Afrique. « La phase initiale de livraison de 90 millions de doses aidera les pays à vacciner 3 % de la population africaine ayant le plus besoin d’une protection, notamment les travailleurs de la santé et d’autres groupes vulnérables, dans la première moitié de 2021.

À mesure que les capacités de production augmenteront et que davantage de vaccins deviendront disponibles, l’objectif sera alors de vacciner au moins 20 % des Africains en fournissant jusqu’à 600 millions de doses d’ici la fin de 2021», renseigne à cet effet l'Organisation mondiale de la Santé.

Dans sa stratégie de vaccination, le Sénégal cible en priorité 20% de la population composée du personnel soignant, du troisième âge et des personnes vivant avec des comorbidités. Cette tranche de la population représente selon un document établi par le Comité consultatif pour la vaccination au Sénégal sous la houlette de la Direction de la prévention, 3,4 millions de personnes. Mais dans l'urgence, 3% de ces cibles prioritaires, à savoir le personnel de santé et les personnes âgées avec comorbidités seront les premiers à recevoir les injections.

Progressivement, le Sénégal fera des efforts pour acquérir au moins 8 millions de doses pour immuniser les plus vulnérables face à ce virus émergent. « À court terme, le Sénégal disposera d’un stock de 8 millions de doses pour vacciner 4 millions de personnes », a assuré le président de la République à l'occasion du conseil des ministres de ce mercredi.

Disposant d'un stock de moins de 600.000 doses reçues de Sinopharm et d'AstraZeneca, le Sénégal doit combler un gap de 7,4 millions d'injections. Covax doit livrer dans le deuxième trimestre près d'un million supplémentaire d'Astrazeneca. 

Cela doit se faire avec les financements consentis par les économies à revenu élevé au profit des pays pauvres. Félicitant le Sénégal pour « l'arrivée réussie des vaccins » Covax ce mercredi 3 mars, l'ambassadeur des États-Unis a rappelé que son pays reste le plus contributeur de ce dispositif avec un engagement de 4 milliards de dollars.

« Le président Biden a récemment annoncé le décaissement de 2 milliards de dollars de cet engagement. Cette somme s'ajoute à notre soutien annuel de longue date de près de 300 millions de dollars à la GAVI, l'alliance mondiale pour les vaccins », a ajouté le communiqué.

Outre les Etats-Unis, le mécanisme Covax bénéficie de fonds européens. « L'Allemagne, de son côté, va apporter 1,5 milliard d'euros supplémentaires après un premier engagement de 600 millions. L'Union européenne, quant à elle, a indiqué le doublement de sa contribution, à 1 milliard d'euros. Au total, les leaders du G7 ont annoncé une aide de 7,5 milliards de dollars pour la vaccination anti-Covid », révèle lesechos.fr. Des organisations caritatives se sont engagées aussi à mettre la main à la poche pour soutenir les économies faibles.

Il convient de préciser qu'au-delà des 20% gratuits, tout autre besoin formulé dans cette facilité devra appeler un effort de financement. « Tout d'abord, des doses entièrement subventionnées par les donateurs seront distribuées entre les participants à l'AMC jusqu'à ce que les ressources des donateurs soient épuisées. Les participants auront alors la possibilité d'allouer des fonds supplémentaires pour recevoir d'autres doses, entièrement payées grâce à ces contributions de partage des coûts. Les participants peuvent utiliser les banques multilatérales de développement (BMD) de la Banque mondiale et des organisations régionales, les banques de développement, pour soutenir ces partages des coûts », précise une note d'informations de l'Alliance du Vaccin sur les « partages de coûts des participants Covac AMC ».

En dehors de cette piste, des négociations sont en cours avec d'autres fabricants pour se faire livrer les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna ou encore Sputnik V. Viendra ensuite la vaccination de masse qui constitue une autre paire de manches.
Jeudi 4 Mars 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :