Thiès ville : Les maires fustigent l'exclusion des groupements de femmes dans la distribution des machines électriques par le Pudc


Les maires des trois communes de la ville de Thiès ( Est, Ouest et Nord) ont fait face à la presse ce samedi pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme une exclusion des groupements de femmes dans le cadre de la distribution des machines électriques offertes par le programme d'urgence de développement communautaire ( Pudc). " Ce point de presse, c'est pour vous informer d'une situation extrêmement grave, c'est-à-dire d'une décision politique prise par des autorités politiques au niveau central, je peux citer le coordinateur du Pudc qui a pris la décision d'écarter les groupements de femmes de la ville de Thiès. Je rappelle qu'il y a dix jours de cela, nous avions reçu des appels téléphoniques des sous-préfets des arrondissements de Thiès informant les maires qu'ils devaient choisir trois groupements de femmes et un mécanicien qui devraient être dotés de machines et deux autres choisis par le développement communautaire. Donc, chaque commune de Thiès ville devrait recevoir 5 machines. Alors, les femmes étaient convoquées le vendredi pour subir une formation. Le samedi matin, elles se sont présentées au département de Thiès, et à notre grande surprise, une dame est venue, dit-elle, pour nous informer qu'elle a reçu une liste par Watsapp, envoyée par le coordinateur du Pudc lui indiquant que les femmes de Thiès ville n'en font plus partie. Et pourtant, elles étaient officiellement sur la liste", a informé le premier adjoint au maire de Thiès Est, Mr Cheikh Lô.

Lui emboitant le pas, l'édile de Thiès Ouest, Mr Aliou Sow, n'y est pas allée avec le dos de la cuillère. " C'est une décision politique. Mais qu'ils sachent que cette bataille est perdue d'avance. Ils bloquent nos projets parce qu'ils savent que nous ne sommes pas de la mouvance présidentielle. D'ailleurs, ils viennent de bloquer le projet concernant la réalisation de la première piscine municipale de Thiès. C'est déplorable! "

" Je tiens à dire que nous n'avons rien à reprocher au préfet du département et aux sous-préfets des arrondissements, car c'est une décision politique qui est venue surplomber la procédure administrative. D'ailleurs, c'est des machines électriques et tout le monde sait que le centre urbain est plus électrifié que le centre rural", a ajouté l'adjoint au maire, porte parole.

Très remontés contre une telle décision, les maires comptent ainsi poursuivre le combat "afin de permettre aux femmes de la ville de Thiès de se doter elles aussi de machines électriques. Quitte à en acheter...
Samedi 28 Juillet 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :