Thiès : 8 tonnes de produits impropres à la consommation d'une valeur de 6 000 000 FCFA saisies par les éléments du service d’hygiène.


Dans le cadre du contrôle de l’hygiène des denrées alimentaires, et du strict respect des bonnes pratiques d’hygiène de vente, la brigade départementale d’hygiène de la cité du rail a effectué une vaste opération de contrôle au marché central. Huit tonnes de produits impropres à la consommation estimés à plus de 6 millions francs Cfa ont ainsi saisies par les hommes du chef de la Brigade régionale d’hygiène de Thiès, le capitaine Idrissa Ndiaye et du chef de la brigade départementale d’hygiène de Thiès, l'adjudant Daouda Touré. 

D'après ce dernier qui fait remarquer qu'ils ont saisi presque tous les produits impropres à la consommation au marché central de Thiès, "nous allons poursuivre ces opérations qui vont se dérouler sur toute notre zone d’intervention. Nous allons faire des descentes dans tous les marchés du département de Thiès en collaboration avec les autorités administratives", informe l'adjudant Daouda Touré. 

Les produits saisis lors de cette opération sont des sacs de farine, de la boisson, du lait en poudre, des bouillons, du café, des pots de Gloria, de la mayonnaise entre autres. Intimant les commerçants à vérifier les dates de péremption de leurs marchandises avant de les vendre sur le marché, Daouda Touré "conseille aux commerçants de retirer de la vente leurs produits dont la durée de consommation est arrivée à terme". Non sans signaler : "Avant d’acheter un produit, le consommateur doit vérifier la date de péremption".  

"Le consommateur doit alerter la brigade d’hygiène s'il constate que la date de péremption est à terme", a-t-il rappelé. Cependant, l'adjudant Daouda Touré qui signale que "cette pratique est interdite par la Loi 83-71 du 5 juillet 1983 portant Code de l’hygiène", regrette également le fait que "certains commerçants font exprès de mettre en vente des produits périmés". Selon lui, "l’article L149 dit que ceux qui ne détiennent pas de certificats médicaux peuvent faire l’objet d’une amende allant de 9 000 à 18 000 FCFA ou peuvent écoper d'une peine d’emprisonnement allant de 5 à 8 jours", conclut-il. 

Jeudi 25 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :