Télèconférence des ministres des sports sur les impacts de la Covid-19 : Matar Bâ dévoile le modèle Sénégalais et fait des recommandations.


L’Union africaine a organisé ce mardi 25 août 2020, en fin de matinée, une téléconférence des Ministres Responsables du Sport sur l’impact de la pandémie COVID-19 en Afrique. Une rencontre virtuelle dont l'objectif était de discuter sur l'apport du sport dans l'atténuation de l'impact de la pandémie en Afrique. 

Avaient pris part à cette importante rencontre, plusieurs ministres des sports des pays Africains, parmi lesquels, le Ministre des sports du Sénégal, Matar Bâ. Lors de sa prise de parole ce dernier de souligner que : " Nos échanges qui, sans doute, seront fructueux et riches de nos pratiques et de nos expériences individuelles au niveau de chaque État, devraient nous permettre d'une part, de développer des réponses innovantes pour la période actuelle et post-COVID, et dautre part, délaborer un plan d'actions et une démarche à suivre."

Concernant le premier point relatif à l'impact de la pandémie et au rôle des États Africains, le ministre sénégalais de reconnaître devant ses pairs : "On peut dire, de façon péremptoire, que la pandémie de la COVID-19 a fortement remis en cause et parfois même effacé les nombreux efforts consentis par nos États depuis des décennies pour inscrire notre continent sur la rampe du progrès et de l'émergence." 

De l'avis de Matar Bâ, si les distorsions dans les secteurs de la santé, de l'économie, la baisse drastique de la croissance, l'explosion du chômage en sont, certainement, les externalités et les manifestations les plus visibles et les plus connues de cette maladie, force est de constater que la pandémie a impacté sensiblement le sport jusque dans son organisation la plus achevée et dans le déroulement de ses activités à tous les niveaux : local, national, continental et même mondial.


Rappelant les mesures fortes prises par l'État du Sénégal dont la suspension, dès le 14 mars 2020, de toutes les manifestations sportives sur l'étendue du territoire national, l'annulation du Festival du Sport Scolaire et Universitaire ;
le report du Tour du Sénégal du Cyclisme 2020, le réaménagement du budget du Ministère des Sports pour réviser à la hausse la subvention accordée aux fédérations et aux groupements sportifs afin de renforcer leur résilience et les engager dans la lutte. 

En outre, il évoquera la contribution des fédérations et des groupements sportifs dans la lutte contre la pandémie. Partout sur le territoire national, des activités d'information et de sensibilisation en direction des populations ;
des programmes d'encadrement en ligne ou en direction des élèves et étudiants notamment, ont été conçus et opérationnalisés, a-t-il souligné lors de la téléconférence. 
D'ailleurs une collecte de plus de 51.000.000 F CFA a été réalisée et remise au Ministre de la Santé par l'entremise du ministère des sports et du mouvement sportif Sénégalais. 

Ensuite, Mr Bâ n'a pas manqué de revenir sur le report des Jeux Olympiques de la Jeunesse « Dakar 2022 » en 2026, sur initiative concertée du Président Macky Sall et du CIO. Les éliminatoires de la Coupe du Monde de Football de Qatar en 2022 ; les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ; les fenêtres FIBA Afro-Basket garçons et filles 2020 ; les éliminatoires de la CAN de Football seniors et de la Coupe du Monde de Football féminin U20...
Autant de changements qui, selon le patron du sport sénégalais, devraient pousser les instances dirigeantes à revoir le calendrier sportif international. Et, aller vers un autre processus de planification des compétitions africaines. Les propositions ci-après ont été formulées : 

-Il s'agit d'inscrire dans l'agenda du prochain Sommet de l'Union Africaine, la question de la résilience du sport post COVID-19 en vue de faciliter la prise de mesures renforçant la collaboration entre lOrganisation continentale et le monde sportif africain. 

- Un sport post COVID-19 doit être un sport propre et durable.
Dans ce cadre, et en sa qualité de Vice-Président du Bureau de la 7e Conférence des États parties à la Convention internationale contre le dopage dans le sport, Matar Bâ insistera sur le fait que l'Union Africaine doit faire la jonction avec les initiatives de l'UNESCO notamment en matière de lutte contre le dopage dans le sport. 

- Une harmonisation des textes et l'élaboration d'un cadre juridique innovant et protecteur de la santé et de l'intégrité de l'athlète. Entre autres recommandations formulées par les uns et les autres...
Mardi 25 Août 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :