Situation agricole du Sénégal : l'ONG Brooke dément Abdoul Mbaye et précise.


Situation agricole du Sénégal : l'ONG Brooke dément Abdoul Mbaye et précise.
Nous avons eu la grande surprise ce matin de voir le nom de notre organisation relié à des allégations fausses et mensongères sur la situation agricole du Sénégal.

En effet, dans l’article intitulé « Une étude relève une baisse des superficies cultivées en arachide et en mil » sur le site de l’APS et repris par un certain nombre de médias, il est fait état d’une étude développée par l’ONG Brooke et révélant une baisse de la productivité agricole.

Brooke a effectivement commandité une étude sur la contribution des équidés de trait (chevaux, ânes et mulets) à l’économie sénégalaise. Les résultats de cette étude, qui vient d’être finalisée, seront restitués le 21 juin. Nous nous posons d’ores et déjà des questions sur la provenance des informations reprises par l’APS dans la mesure où l’étude n’a été ni restituée, ni validée.

Cette étude, effectuée au Sénégal par des consultants externes, avait pour objet de mettre en exergue les bases scientifiques à travers lesquelles la contribution monétaire et non monétaire de l’utilisation des équidés de trait dans la vie des ménages ruraux et urbains pouvait être mieux élucidée.

Ainsi l’évaluation de la contribution économique et sociale des équidés de trait dans les contextes urbain et rural (bassin arachidier et zone sylvo-pastorale) a été réalisée.

Pour le milieu agricole la méthodologie a consisté à interroger les producteurs sur les superficies cultivées et les productions qu'ils auraient obtenues s'ils n'avaient pas d'équidés de trait.
Il s’agissait donc clairement de demander aux enquêtés de répondre à des questions hypothétiques sur leurs productions au cas où ils n'avaient pas/n’auraient plus d'équidés de trait. Les ménages enquêtés ont été interrogés sur les spéculations et les superficies qu’ils auraient pu cultiver en l’absence de force de traction animale et les productions qu’ils auraient pu obtenir de cette éventuelle situation.

C’est ainsi que l’étude a révélé que dans le bassin arachidier, l’absence de la force de traction des équidés attelés au matériel agricole (charrettes, semoirs, houes, etc.) se traduirait par une baisse des superficies cultivées en arachide de 75% et de 44 % pour le mil. Le pourcentage de ménages cultivant l’arachide baisserait de 10 points et ceux faisant le mil de 16 points. Les cultures de diversification comme le niébé seraient abandonnées par la plupart des ménages en absence de force de traction du fait qu’ils vont se concentrer sur l’arachide et le mil.

3ème étage Lot n°14A Imm. Sophie Ndiaye Justin, à 100m du SAMU National – VDN, Dakar BP 22482 DAKAR PONTY Tel: +(221) 33 864 00 07 I www.thebrookesenegal.org
 Agrément n°014192/MINT/DAGAT/D.PONG du 24 nov.2011. A charity registered with the Charity Commission N°1085760

Nous mettons donc en exergue l’utilisation du Conditionnel dans les résultats de l’étude.
Aussi, nous nous portons totalement en faux contre ces allégations et nous nous réservons le droit de porter plainte contre les auteurs de ces agissements visant à jeter le discrédit sur le résultat d’études non encore publiées et sur notre travail en faveur de l’amélioration de la condition des équidés de trait.

Brooke Afrique de l’Ouest
Le 07 juin 2018
Jeudi 7 Juin 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :