Santé / Journée Mondiale : L’Endométriose, une incommodité dans l’intimité des femmes.


C’est en toute sérénité qu’Angela parle désormais de l’endométriose. Cette maladie qu’elle a depuis des années et qui l’empêche de s’épanouir dans son quotidien.

Elle raconte : « entre le moment où vous dites que vous avez mal et le moment où on vous dit que vous avez l’endométriose, il se passe 9 ans. Parfois faute de diagnostic on vous dit que c’est dans votre tête. J’ai été diagnostiqué à l’âge de 23 ans et pourtant j’avais ces douleurs depuis que j’ai 16 ans. C’était plus douloureux que d’habitude et c’est là que mes parents m’ont prise au sérieux, ils ont pris peur et m’ont emmené voir un gynéco qui m’a tout de suite programmé pour une opération. J’ai été mise sous ménopause chimique avec toutes les galères que ça implique (bouffées de chaleur, chute d’hormones, insomnies entre autres). Le plus dur, c’est qu’il n’y a pas de traitement pour la maladie juste pour les symptômes. Ce qui pose problème lorsqu’on confie sa souffrance pour la première fois à un parent ou proche, il se dit que tu as tes règles et c’est normal d’avoir mal. Lorsqu’on a cette maladie, on se pose énormément de questions. On entend tout de suite infertilité, maladie rare donc pas de cure. Elle touche finalement 180.000 femmes dans le monde, donc ce n’est pas un chiffre négligeable … »

Angela soutient qu’il n’y a pas assez de recherche en ce qui concerne l'origine de la maladie, les facteurs qui favorisent son développement. La plupart des personnes qui vivent avec cette maladie ignorent si ce sont des raisons climatiques, environnementales ou génétiques…

Elle n’est pas la seule. Étant conscient de ce questionnement autour de l’endométriose qui, commence à toucher beaucoup de femmes sénégalaises, Dakaractu s’est entretenu en cette journée dédiée à l'endométriose, avec un professionnel afin d’obtenir des réponses à ces questions.

Docteur en gynécologie et accoucheur de profession, Daouda Ciss nous donnera plus de détails sur cette maladie méconnue qui s’immisce et s’installe dans l’intimité de plus en plus de femmes.

Samedi 13 Mars 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :