Réaction suite à la sortie médiatique du Professeur Abdoulaye Bathily


Pour comprendre la sortie médiatique du professeur Abdoulaye Bathily qualifiant de procès politique l’affaire de la caisse d’avance, il faudra juste remonter un tout petit peu le temps qui nous permettra de comprendre le pourquoi du comment
Dès le lendemain de sa non élection au poste de Président de la commission de l’Union africaine le 30 janvier 2017, le professeur Abdoulaye Bathily a choisi de se frayer un nouveau chemin quitte à tourner le dos au Président Macky SALL qui pourtant avait mobilisé toute la diplomatie sénégalaise autour de sa candidature pour diriger la commission de l’union africaine.
Le premier acte posé au niveau national consiste à manipuler sa formation politique LDMPT avec la naissance d’un courant dénommé la LD Debout (TAXAWU) dont les dissidents ont bénéficié de son soutien.
Au niveau local, faut-il rappeler qu’il avait béni la liste de Manko Taxawu Sénégal au détriment de BBY pour le département de Bakel ?
Cette sortie au lendemain de la condamnation du maire de Dakar dans l’affaire de la caisse d’avance, s’inscrit dans la logique du Professeur Bathily qui déroulait discrètement son agenda caché depuis un certain 31 janvier 2017.
Je voudrais rappeler au Professeur Bathily qu’en dehors de l’accusé et des fonctions qu’il occupe, ce procès n’a rien de politique car la reddition des comptes est une demande sociale et que les hommes politiques ne sont pas au dessus des lois. Il fallait contrôler ses émotions et expliquer aux sénégalais que la faute incombe à l’accusé qui durant cinq longues années, faisait recours à de fausses factures pour justifier des dépenses exécutées sur des fonds publics. Ce qui est regrettable au Sénégal est que les opposants malhonnêtes réclament une chose et son contraire du fait que la reddition des comptes est une demande sociale sauf quand on commence à sévir, ces mêmes personnes crient au complot ou à l’élimination d’un adversaire politique.
Bathily ou Dias, le moment est bien choisi pour faire sa rentrée politique en tirant sur la majorité présidentielle devenue l’ennemi à abattre, avant que le peuple ne le plébiscite, en reconnaissant un bilan plus que satisfaisant.
Au demeurant, ces vieux leaders de la gauche caviar, aimant le luxe, la mollesse et l’indolence, sont connus pour leur inconstance et leur capacité à s'allier , pour leur survie, à tous les régimes du PS à l'APR en passant par le PDS..
Ce qu'ils appellent pudiquement compromis historique n'est que la face cachée de reniements et de leur capacité à faire tourner leur pirouette dans le sens du vent.
Zaccaria COULIBALY 
CBE Ottawa
 
Mardi 3 Avril 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :