Rapports « sous le coude » de Macky : Maïmouna Ndoye Seck parle de « fiction »


Pour Mme le ministre des Transports aériens, des responsables de l’Alliance pour la République, directeurs de sociétés nationales, sont accusés à tort par une certaine opposition qui allègue l’existence de rapports des corps de contrôle « sous le coude » du chef de l’Etat.
Face à Mme Aïda Mbodj ce jeudi, le leader du mouvement « Gunge Macky Sall » défie l’opposition et la presse de sortir ces rapports, s’il est vrai qu’ils ne relèvent pas d’une « fiction » à dessein manipulatoire et frisant le dilatoire, relativement aux fautes supposément commises par le maire de Dakar.
L’invitée de Badara Diop sur le plateau de Dakaractu croit savoir que même en religion toutes les fautes ne sont pas punissables de la même façon. « L’Ige, la Cour des comptes et l’Ofnac n’ont pas la même mission », éclaire celle qui politique à la Medina pour la réélection du président de la République sortant.
Au sujet du verdict rendu sur l’affaire Khalifa Sall, elle verse de but en blanc : « Il y a une sorte de confusion entretenue entre dépenses diverses, qui une rubrique budgétaire, et caisse d’avance, qui est une modalité de paiement prévue pour les dépenses urgentes. Après commande et livraison, l’Etat paye. Pour cela, on n’a pas besoin d’établir de fausses factures. Khalifa Sall est mon grand frère dakarois, je ne souhaite pas qu’il lui arrive le moindre mal ».
L’éphémère ministre de l’Energie juge qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat en ce qui concerne le débat soulevé autour du pétrole découvert au Sénégal alors qu’elle assumait la tutelle.
Jeudi 5 Avril 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :