RENVOYÉ DEVANT LA CHAMBRE CRIMINELLE DANS LE DOSSIER IMAM NDAO ET CIE : Moustapha Diatta inculpé dans l’affaire Ould Sidi Ahmed Sina, lié au planificateur et au cerveau de l’attaque de Grand Bassam

Jugé devant la Chambre criminelle de Dakar en même temps que Imam Alioune Badara Ndao et Cie, Moustaphha Diatta a été inculpé dans le cadre d'une procédure similaire en cours d’instruction devant le doyen des juges, selon les informations exclusives de Libération. Un dossier aux ramifications sous régionales qui concerne les ressortissants maliens Ould Sidi Ahmed Sina, Sidalamine Ould Ile Ame et Boubacar Niangadou qui seraient liés aux auteurs de l’attaque du Grand Bassam en Côte d’Ivoire intervenue il y’a de cela deux ans exactement.


RENVOYÉ DEVANT LA CHAMBRE CRIMINELLE DANS LE DOSSIER IMAM NDAO ET CIE : Moustapha Diatta inculpé dans l’affaire Ould Sidi Ahmed Sina, lié au planificateur et au cerveau de l’attaque de Grand Bassam
Alors qu'il est jugé devant la Chambre Criminelle en même temps que l’imam Alioune Badara Ndao et Cie, Moustapha Diatta est encore dans le collimateur du parquet de Dakar. Et, cette fois-ci, dans un autre dossier de terrorisme présumé.
Libération a appris de sources autorisées qu’il a été inculpé pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, financement du terrorisme en bande organisée, actes terroriste et blanchiment de capitaux. Des faits qu’il a formellement niés.
D’ailleurs, il devait être interrogé dans le fond par le doyen des juges cette semaine mais il est sûr que cet interrogatoire sera reporté car comparaissant devant la Chambre criminelle réunie en formation spéciale.
Courant février 2017, la Police publiait un communiqué laconique en parlant de l’arrestation des deux premiers ressortissants maliens : « c’est dans le cadre de la communauté de renseignement mis en place depuis l’avènement de la menace terroriste dans notre pays que la Police judiciaire à travers la Division des investigations criminelles (DIC) a arrêté à l’auberge Keur Damel, le sieur Ould Sidi Mouhamed Sina, né en 1974 à Tombouctou, alors qu’il s’apprêtait à la quitter aux environs de midi après un séjour de près d’un mois.
Ould Sidi Mouhamed Sina était le contact d’Ould Nouini, présenté comme le planificateur de l’attaque de Grand Bassam et il était en contact avec Moustapa Diatta, présumé terroriste actuellement dans les liens de la détention.
Dans la continuité de l’opération combinée des éléments de la Brigade d’intervention polyvalente et de ceux de la DIC, le chauffeur de nationalité malienne et répondant au nom de Ould Ame Sidalamine, né en 1982, résidant à l’Unité 26 des Parcelles Assainies a été lui aussi interpellé à la gare routière des Baux maraichers à bord du véhicule de marque Hundaï immatriculé en Gambie BJL 8187 L. » Pour avoir relayé ce communiqué ainsi que les éléments du Procès-verbal de la DIC, Moustapha Diatta a servi une citation directe à Libération.
Le tribunal a ordonné un sursis à statuer lorsque l’affaire a été appelée à la barre.

Sina a avoué connaître Mohamed Ould Nouini, Kounta Dallah et son chauffeur Battesti écroué à Abidjan après l’attentat de Grand Bassam

Ce dossier concernant les ressortissants maliens est très complexe. Selon les informations de Libération, la Délégation générale du Renseignement qui a mené plusieurs jours de filature et un intense travail souterrain avant l’entrée en action de la DIC. Les services secrets avaient, dans le cadre du « bornage » des appareils téléphoniques des Maliens, retrouvé Moustapha Diatta dans les contacts de Ould Sidi Mouhamed Sina.
Un autre Sénégalais, architecte de son état, est visé par un mandat d’arrêt international dans le cadre de la même procédure.
Dans cette affaire, comme dans d’autres dossiers de terrorisme présumé, les services sénégalais auront fait un travail remarquable. Lorsque la police sénégalaise avait mentionné le nom de Ould Nini, beaucoup s’interrogeaient sur son rôle d’autant que Kounta Dallah, un autre malien, était présenté comme le cerveau de l’attaque de Grand Bassam.
Les services sous régionaux ont aujourd’hui établi que Kounta Dallah n’était qu’un planificateur de l’attaque et que Ould Nini était bien le cerveau.
De son vrai nom Mohamed Ould Nouini dit Hassan Al-Ansari, il a été tué lors d’un raid français dans le nord du Mali le 14 février dernier. D’ailleurs, en revendiquant la double attaque de Ouaga, intervenue le 3 mars dernier, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) soutenait avoir agi pour venger sa mort. Pour dire que les autorités sénégalaises ont réalisé une grosse prise.
Mieux, Ould Sidi Mouhamed Sina a reconnu, lors de sa garde à vue, avoir rencontré, courant novembre 2015, Kounta Dallah - recherché par tous les services sous régionaux - dans la localité de Boni où se trouve la maison de sa mère. Il était aussi lié à Barry Battesti, d’après ses propres aveux. Chauffeur de Kounta Dallah, Battesti, écroué à Abidjan, a activement participé à l’attaque de Grand Bassam au même titre qu’Aliou Doumbia, arrêté au Mali ou Mimi Ould Baba Ould Cheikh, un des cerveaux intercepté dans la même localité. Midy Ag Dicko qui avait hébergé le commando à Abidjan a été aussi écroué au Mali. Pour dire que toutes les pistes mènent dans ce pays, deux ans après l’attaque du Grand Bassam.
Mercredi 11 Avril 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :