NGOUDA FALL KÂNE ( Jaam Ak Khéwal ) : ' Il faut qu'on change de paradigme de gestion... Je ne peux discréditer l'Ige dans l'affaire Khalifa Sall "


NGOUDA FALL KÂNE  ( Jaam Ak Khéwal ) :  ' Il faut qu'on change de paradigme de gestion... Je ne peux discréditer l'Ige dans l'affaire Khalifa Sall "
L'ancien DG de la Centif et candidat déclaré à la prochaine Présidentielle sous la bannière de '' Jaam Ak Khéwal '', a confié dans le Grand Jury de ce dimanche, que sa vision politique pour le Sénégal a découlé du constat qu'il a fait de '' l'échec de la démocratie classique qui est, dit-il, faite de promesses non tenues, d'absence de réalisme... ''
Cette vision s'articule sur 114 points reposant sur 4 axes stratégiques que sont '' l'être, le pouvoir, le savoir et l'avoir '' avec comme horizon 2035. Ngouda Fall Kâne de s'attaquer, en passant,  au Pse qui n'a rien de particulièrement caractéristique, confie-t-il,  pour pouvoir réaliser ses ambitions.

Interpellé sur la question de l'eau, l'ancien IGE fera état de sa désolation. Pour lui, il y a anguille sous roche et l'État cache quelque chose. '' Les Sénégalais constatent la pénurie d'eau. Il faut que les autorités nous disent les raisons de ce problème. Dakar s'est banlieusardisée. Il faut arrêter d'amuser les Sénégalais. Les Sénégalais ont soif, les femmes sont malades, elles ne dorment pas. ''

Relativement aux ressources pétrolières et gazières découvertes au Sénégal, Ngouda Fall Kâne dira tout son pessimisme par rapport à la gestion qui sera faite des retombées si les dirigeants ne changent pas d'identité et de méthodes.  Pour lui, '' il faut qu'on change de paradigme de gestion ''. Il pointera son doigt sur le blanchiment, la corruption qui ont atteint des proportions extrêmement  importantes au Sénégal. Il parlera aussi de leaders politiques aux mains sales qui ne devraient pas prétendre diriger ce pays, sans toutefois donner plus d'indication sur l'identité de ces derniers.

De l'affaire Khalifa Sall, il préférera dénoncer les relents politiques que revêt le procès. Seulement, l'ancien Inspecteur Général d'État se garde bien de discréditer le travail accompli par ses collègues sur ce dossier.
Dimanche 29 Juillet 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :