Marraine de la Campagne de plaidoyer et de communication sur la Santé de la reproduction des adolescents/Jeunes (SRAJ) : Thérèse Faye Diouf renouvelle son engagement


A l’entame de mon propos, je voudrais tout d’abord remercier l’Association Sénégalaise pour le Bien-Etre Familial (ASBEF), à travers sa Directrice, Docteur Marie-Louise CORREA et l’ensemble de son équipe, pour avoir porté leur choix sur ma modeste personne, en tant que marraine de la Campagne de plaidoyer et de communication sur la Santé de la reproduction des adolescents/Jeunes (SRAJ).
En effet, la cérémonie de lancement de cette importante campagne qui nous réunit aujourd’hui, est, pour rappel, une initiative de l’ONG américaine Planned Parenthood Global et de ses partenaires, notamment la Direction de la Santé de la Mère et de l’Enfant (DSME), l’ASBEF, le Réseau Siggil Jiggen, l’Association des Juristes Sénégalaises, l’Association des Jeunes Avocats du Sénégal et l’Association des Journalistes en Santé, Population et Développement.
Toutes ces organisations comptent ainsi conjuguer leurs efforts pour la réussite de cette campagne, qui, je cite : « entre dans la contribution du consortium du programme « Voix pour la santé », à la mise en œuvre du plan d’action PF 2016-2020 du ministère de la Santé et de l’Action sociale et s’inscrit, de manière cohérente, dans les orientations définies dans le cadre du Plan Sénégal Emergent en ce qui concerne l’amélioration du capital humain », fin de citation.
Cette campagne dont le thème est : « Santé de la Reproduction des adolescent(e)s /Jeunes et Capture du dividende démographique : Défis et enjeux pour l’émergence », va assurément constituer un moment fort de sensibilisation des populations et de plaidoyer à l’endroit des décideurs publics pour l’augmentation des budgets nationaux alloués à la SRAJ.
Mesdames et messieurs,
La santé des adolescentes et des jeunes constitue une véritable problématique dans notre pays où plus de la moitié de la population a moins de 25 ans. Parmi cette population jeune, les filles constituent la couche la plus vulnérable, bien souvent exposée à plusieurs menaces, notamment les mariages précoces et les grossesses non désirées.
Face à ces situations douloureuses, la jeune fille se trouve souvent jetée en pâture par sa propre famille et par la société, sa vie et son destin compromis.
Qui sait ce que serait devenue cette jeune maman, obligée d’interrompre ses études pour se voir projeter aussi brutalement dans le monde des adultes, à peine sortie de l’enfance ? Sans doute aurait-elle pu être une future médecin, une future avocate, une future journaliste, une future Directrice générale ? Une question qui risque de rester à jamais sans réponse.
Mesdames et messieurs,
C’est alors tout le sens de cette importante campagne qui permettra de délivrer la bonne information aux jeunes filles et garçons, adolescentes et adolescents, pour favoriser un changement de comportements, gage d’une conduite saine de leur vie.
En effet, en disposant de la bonne information, nos frères et sœurs, nos neveux et nièces, nos enfants, seront à même d’éviter le sort douloureux de leurs camarades qui n’ont pas eu la chance d’être préparés à faire face à un monde, de plus en plus troublé.
En essayant donc de préserver les jeunes, au quotidien, des dangers qui les guettent, l’ASBEF continue ainsi de jouer un rôle déterminant, dans la formation de la jeunesse, en un mot, du capital humain, volet important du PSE.
Pour ma part, je vous réitère mes remerciements pour cette marque d’estime et de confiance, et vous assure de mon engagement à vos côtés pour cette noble cause que constitue la santé des adolescents et des jeunes.
Mesdames et messieurs,
Pour vous raconter une anecdote, en tant que jeune lycéenne, à Fatick, nous avons été marqués par le bureau de l’ASBEF dont l’emplacement se trouvait sur le trajet de notre établissement.
Nous avons également été frappés par le dynamisme des clubs GEEP qui organisaient régulièrement des activités de plaidoyer et de sensibilisation. Plusieurs années plus tard, voici que vous me faites l’honneur de faire de moi la marraine de cette campagne, honneur que j’accepte avec d’autant plus de plaisir que cette cause m’interpelle à plus d’un titre, d’abord en tant que femme, mère, jeune et citoyenne, mais aussi en tant que maire d’une commune où la santé, comme l’éducation, demeurent des priorités.
Soyez assurés de mon engagement à vous accompagner pour la parfaite réussite de cette importante campagne.
Avant de terminer, je voudrais lancer un appel à l’endroit des autorités étatiques, de tous les acteurs et des partenaires pour l’atteinte des objectifs de cette campagne.
Je vous remercie de votre attention.
 
Vendredi 13 Avril 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :