Lutte contre le terrorisme : Serguei Lavrov confirme les négociations entre le Mali et une compagnie de sécurité privée russe.


Doit-on encore douter de la véracité de l’accord entre le Mali et une compagnie de sécurité privée après l’aveu du ministre russe des Affaires étrangères ? En marge de l’Assemblée générale des Nations unies, à New-York, Sergei Lavrov a reconnu que les autorités de la transition ont fait appel à une société de sécurité privée pour faire face à la menace terroriste. 

Selon le ministre dont le propos est rapporté par l’agence de presse gouvernementale Interfax, l’armée française a échoué à contenir la menace jihadiste au Mali. « Puisque les autorités maliennes ont estimé que leurs propres capacités étaient insuffisantes sans soutien extérieur, et que le soutien extérieur s’amenuise par rapport à ceux qui avaient promis d’aider à éradiquer le terrorisme, elles se sont tournées vers une entreprise militaire russe privée », déclare Sergei Lavrov.

Un peu plus tôt, des images d’une discussion entre les autorités maliennes et russes ont fait le tour des réseaux sociaux. « New York, échanges avec Sergueï Lavov, ministre des Affaires étrangères de la Russie, avons réitéré notre volonté de renforcer le partenariat Mali-Russie notamment dans les domaines de défense et sécurité, du développement économique et social », assume le chef de la diplomatie malienne sur Twitter.

Deux évènements qui vont faire grincer des dents du côté des partenaires occidentaux du Mali. La France a menacé de retirer ses troupes si le Mali implique les mercenaires de Wagner dans la lutte contre les groupes djihadistes. Même discours du côté de Berlin.

L’engagement annoncé de la compagnie privée russe ne fait pas que des heureux chez les voisins du Mali. Le Niger a récemment dénoncé tout projet de faire venir des mercenaires russes au Mali alors que le président tchadien a promis de prendre toutes les mesures pour sécuriser son pays en cas d’arrivée de ce groupe au Mali.

C’est au début du mois de septembre que l’Agence Reuters a révélé que les autorités maliennes et le groupe Wagner étaient proches d’un accord. L’accord en question doit se manifester par l’envoi d’un millier de mercenaires au Mali et la compagnie serait rémunérée à hauteur de 6 milliards par mois. Leur mission consisterait à assurer la protection des hautes autorités mais aussi de former les forces armées maliennes. Ce qu’ils font déjà en Centrafrique même s’ils sont accusés d’exactions par un groupe d’experts des Nations-Unies. 
Samedi 25 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :