Lutte contre l’insécurité alimentaire à Kolda : 115.000 producteurs et plus de 200 sites touchés par...


Ce ne sont pas moins de 115.000 producteurs et plus de 200 sites qui ont été touchés par le programme dundal suuf/feed the future. Par le biais d’une nouvelle technologie de fertilisation des sols appelée placement profond de l’urée et la micro dose, les rendements ont augmenté. Et ceci a participé à la lutte contre l’insécurité alimentaire dans la région. C’est pourquoi, cette nouvelle pratique culturale a fait l’objet d’un atelier de partage entre les producteurs et les partenaires pour évaluer la technologie. 

Brahim Mamadou Ba (DRDR/Kolda) « aujourd’hui, nous sommes à un atelier bilan du projet « dundal suuf » qui accompagne les producteurs avec deux technologies de fertilisation dont nous partageons les résultats. Ces technologies sont entre autres le placement profond de l’urée (PPU) et la micro dose. De deux communes, nous sommes passés à 18 communes (2021) avec lesquelles nous partageons les expériences. Et malgré la physionomie de l’hivernage, nous avons eu d’excellents rendements avec ces technologies. Mais aussi, nous échangeons sur les choses à revoir pour améliorer les rendements… » 

Yaya Sabaly est un producteur du village de Saré Dembassy qui a bénéficié de cette technologie. En ce sens, il estime que « notre collaboration avec dundal suuf est très bénéfique car nos rendements ont augmenté. Aujourd’hui avec leur nouvelle technologie de fertilisation des sols appelée ppu et la micro dose a amélioré la vie des producteurs. C’est pourquoi d’ici peu on pense atteindre l’autosuffisance alimentaire. D’ailleurs toutes les parcelles qui ont bénéficié de leur technologie, ont produit au-delà de nos espérances. On ne peut que s’en féliciter de cette nouvelle pratique culturale qui participe aussi à préserver l’environnement. Avec l’arrivée de la micro dose et du ppu, désormais nous ne pratiquons plus l’engrais à la volée qui reste un danger pour nous. » 

Toutes les spéculations testées par la technologie ont donné les résultats attendus sur le terrain. C’est pourquoi, il y’a un engouement incommensurable des producteurs pour adopter cette pratique dans leurs champs. 

Dans la foulée, Saër Sarr (coordonnateur Casamance du projet feed the future/dundal suuf » dira : « c’est un atelier de partage et d’échanges avec les producteurs et les partenaires sur les résultats durant la campagne hivernale 2021. Et c’est le moment de valider ensemble les résultats du terrain sur les techniques de fertilisation (ppu et micro dose). » À ce titre, il avance que « rien que pour cette campagne-là, nous avons travaillé avec 115.000 producteurs pour une superficie de démonstration de plus de 500 ha d’emblavure sur le PPU et la micro dose. En somme, nous avons investi pour la campagne près de 100 millions f cfa pour appuyer les producteurs de la région. » 

Les rendements ont doublé pour les spéculations comme le riz, le maïs qui montrent l’engagement des producteurs. En première année, souligne-t-il, « de 15 sites, on est cette année à plus de 200 sites et la campagne prochaine on va passer à une autre échelle pour toucher plus de producteurs… » 
Mardi 8 Février 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :