Hommage du Bâtonnier de l'Ordre à Me Oumar Diallo : « Qu’y-a-t-il de plus beau pour un avocat que de quitter cette vallée des larmes, au sortir d’une salle d’audience »

Au téléphone de Dakaractu, le Bâtonnier de l'Ordre des avocats a voulu faire de son hommage à Me Oumar Diallo, décédé ce lundi, des suites d’un malaise au Palais de justice, une sorte de plaidoirie. Me Pape Leyti Ndiaye a partagé sa tristesse en rappelant que le défunt avocat et Me Bamba Cissé ont terminé avec la même note à l'épreuve des examens du Barreau. « Qu’y-a-t-il de plus beau pour un avocat que de quitter cette vallée des larmes, au sortir d’une salle d’audience ».


Me Bamba Cissé et le défunt Me Oumar Diallo, ex-æquo à l’examen du Barreau

 

« La disparition, ce lundi 25 janvier, de notre confrère et ami Oumar Diallo est une immense peine, une grosse blessure d’amour pour le Barreau du Sénégal qui décidément, commence l’année 2021 dans la tristesse. En effet, le 1er janvier déjà, nous pleurions un des nôtres, Me Mamadou Wane, disparu après 36 années de bons et loyaux services. Aujourd’hui, nous enterrons Me Oumar Diallo, membre de la promotion de 2003, que le brillant avocat, Bamba Cissé, aime à présenter comme son jumeau. Ils sont arrivés ex-æquo à l’examen et ont prêté serment le même jour. » 

 

Un homme qui était discret, travailleur, calme, pondéré…

 

« Cet homme était discret, travailleur, calme, pondéré, d’un abord et d’un commerce faciles, généreux et très confraternel. Je ne veux pour preuves de ses immenses qualités que les innombrables témoignages que j’ai découverts sur notre messagerie professionnelle, chacun se plaisant à souligner un souvenir rafraîchissant ou chaleureux qui le rattache à notre regretté confrère et ami. En dépit de la douleur qui nous étreint, nous avons un immense lot de consolation fondé sur la symbolique de la sortie de Me Oumar Diallo qui est, pour ainsi dire, mort sur le chemin de l’honneur, sur le champ de bataille ». 

 

Quitter cette vallée des larmes, au sortir d’une salle d’audience.

 

« Oui, en effet, qu’y-a-t-il de plus beau pour un avocat que de quitter cette vallée des larmes, au sortir d’une salle d’audience et après une plaidoirie dont beaucoup salue la finesse et le doigté ? Cette sortie, quasiment en toge, rappelle à maints égards, celle de Papa Wemba, cet artiste qui a quitté la scène, sur la scène. Bravo l’artiste, bravo l’avocat Oumar Diallo ! »

 

Un bon confrère, un très bon musulman

 

« Un autre motif d’espoir réside dans le fait que notre confrère était un bon, un très bon musulman dont l’un des nôtres, rappelle fort justement qu’il fréquentait assidûment la Mosquée Omarienne. Nous sommes tristes pour nous-mêmes, pour ce Barreau que nous avions en partage, pour tous ceux qui l’aimaient, pour sa famille, ses frères et sœurs, ses épouses et ses enfants. À tous et à toutes, nous demandons de se consoler, fort de la conviction que,  pour tout ce qu’il a fait de bien, Me Oumar Diallo mérite l’absolution, le paradis. C’est cela notre prière, dite avec force, notre foi en Dieu, le tout-puissant, en bandoulière ».

Mardi 26 Janvier 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :