Gendarmerie nationale : Le bilan du général Meïssa Niang dans un contexte de montée des périls


La cérémonie d’adieu organisée en son honneur sous la présidence du ministre de la Défense ce vendredi a servi de tribune au général Meïssa Niang pour dresser son bilan à la tête de la Gendarmerie nationale. 

L'objectif étant de faire de cette institution  un « outil sécuritaire adapté au contexte géostratégique de notre pays », conformément aux visées du Plan stratégique 2017-2019,  validé par le président de la République.



Ainsi, le désormais ex-Haut commandant de cette institution  a capitalisé sur la coopération entre les différentes Gendarmeries africaines regroupées au sein de l’Organisation des gendarmeries africaines (OGA) et au nom de laquelle Dakar a brillamment accueilli la 5e conférence avant d'en passer la présidence à la Gendarmerie sœur de la République Islamique de Mauritanie. 

Toujours au rayon de la coopération internationale, il a magnifié celle exemplaire qui unit si heureusement la Gendarmerie sénégalaise aux gendarmeries française, marocaine, italienne, espagnole, turque… pour apporter une « réponse efficace et efficiente à la complexité des nouvelles formes de criminalité ».

Sous ses ordres, la Gendarmerie nationale s’est dotée de pelotons spéciaux d’intervention à St-Louis, Cap-Skirring et Saly Portudal. 

La création de la Légion d’appui à la surveillance des frontières (LASF) a aussi porté la marque de son passage. Tout comme la section aérienne de la Gendarmerie nationale qui a joué un rôle déterminant lors du recensement des pertes enregistrées sur le cheptel du Ranch de Dolly suite aux pluies du mois de juin.

Qui plus est, durant son commandement, il a été érigé un Pôle de police judiciaire de la Gendarmerie nationale.

De plus, l’institution s'est-elle renforcée avec des embarcations rapides dont 2 vedettes de 11 mètres, 2 de 9 mètres et 1 de 7 mètres. 3 zodiacs ont été réalisés pour surveiller des cours d’eaux intérieurs et se projeter sur les franges maritimes afin de participer activement à la sécurisation des futures exploitations gazières et pétrolières off-shore du Sénégal. 

Le parking répressif s’est amélioré avec des engins blindés et camions lance-eaux de maintien de l’ordre. 

Au chapitre des infrastructures  pour un maillage  territorial, sur 77 chantiers prévus, seuls 12 sont en attente de démarrage.

Il a été également renforcé la sécurité des institutions de la République avec l’installation de scanners et de portiques. 

Au plan social, la Coopérative d’habitat de la Gendarmerie nationale a effectué d’énormes réalisations au courant de l’année 2017-2018. Il a été procédé à l’inauguration le 22 mars 2018 de 64 logements à Keur Massar et 82 de logements moyen standing à Cambérène.
Vendredi 27 Juillet 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :