GRÈVE DES ENSEIGNANTS - Le Sels est-il en train d'amorcer l'implosion du G6 ? Les germes de la division seront-ils partis de Mbacké ?


'En assemblée générale départementale, le Sels de Mbacké a décidé de suspendre le mot d'ordre de grève ''... voilà reprise la déclaration de Malick Mbaye, Secrétaire général du la section locale dans sa page Facebook.
Sur cette même page, des enseignants s'étonnent de voir qu'il s'est voulu catégorique en décrétant la fin de la grève alors que certains de ses camarades pensent qu'il ne s'agissait que d'une simple consultation départementale et que la décision de poursuivre ou de suspendre allait être prise au niveau national. Seulement, dans un de ses posts, Malick Mbaye dit clairement '' je ne rends pas compte au G6 ''. Il poursuit plus loin, comme pour tempérer les ardeurs des plus réticents : '' le non respect des accords de 2014 amène les enseignants à émettre des doutes sur les délais pris (fin oct 2018, fin janv 2019) pour l'augmentation de l'indemnité de logement. Cependant, nous demandons le rapprochement des dates (fin Mai 2018, fin janv 2019) pour le paiement de l'indemnité de logement. '' Son sédatif ne sera guère  efficace.
 
Autrement dit, le Syndicat des Enseignants Libres du Sénégal met terme à sa grève à Mbacké. Au même moment, Samba Yalla Koumé du Sels Authentique avait préféré boycotter les Assemblées générales. 
 
 
Cette décision du Sels sonne le début d'une scission presque inévitable au niveau du G6 étant donné que des syndicats comme le Saems-Cusems ne l'entendent pas, dans leur écrasante majorité, de cette oreille. Qu'est-ce qui a bien ou se passer ? Tout de même, il fait reconnaître que lors de Assemblée générale départementale, les enseignants avaient, majoritairement, souhaité retourner dans les classes.
 
En attendant de savoir si le G6 va imploser ou non, il est tout de même clair qu'au sein du Sels, un langage double est de mise. D'ailleurs, sur la même page facebook, un enseignant rue dans les brancards en confiant que dans des localités comme Bignona, la grève continue. 
 
'' Cette décision de lever le mot d'ordre ne me surprend guère. Elle n'a fait que confirmer l'AG du 1er Avril au siège du SELS à Mbacké. C'est la décision de la majorité et je la respecte. Par contre, la section SELS Bignona a décidé de poursuivre le mot d'ordre dans sa grande majorité. Il faut aussi préciser que la base, sensible aux préoccupations des enfants et des parents d'élèves, est prête à suspendre la grève si toutefois les échéanciers sur l'indemnité de logement sont ramenés à 15.000f en Avril et à 10.000f en Octobre 2018. Elle réaffirme sa volonté de se conformer à la décision finale si la majorité des sections décidaient à lever le mot d'ordre. En attendant, nous voulons gagner le pari de la mobilisation pour la marche du 12 à Ziguinchor bien qu'elle soit interdite il y a plus d'une heure (exactement à 22h43). Il faut rappeler la section SELS Ziguinchor a reçu le récépissé autorisant cette marche depuis le 6 Avril, signé par ce (...) Préfet et qui l'a de nouveau interdite. Voilà une des raisons qui font que l'on ne doit pas faire confiance à ce gouvernement qui ne cesse de se dédire pour arrêter la grève sur la base de simple promesse! En ce qui me concerne, je serai au lieu du rassemblement dès 9h inchallah ''.
 
Ces déclarations à la limite qui se rejettent montrent que le mouvement syndical enseignant est en passe de traverser une crise exceptionnelle.
Jeudi 12 Avril 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
QUI EST EN CRISE !

QUI EST EN CRISE ! - 17/07/2018