Footing, divertissement en masse : nouvelles trouvailles des jeunes en cette période de couvre-feu à Kolda.


À l’heure où tout rassemblement est interdit par les autorités administratives pour barrer la route au covid19, à Kolda ce sont des dizaines de personnes qui chaque fin d’après-midi, font du footing le long de la voirie sans souci majeur. Ce sont des jeunes, vieux, adultes, garçons et filles qui fréquentent les rues au vu et au su de tout le monde sans se soucier de la propagation des cas communautaires de la maladie. 

Dakaractu/Kolda est allé enquêter sur ces rassemblements. Et la plupart des individus interpellés estiment qu’ils n’ont pas autre activité puisque les classes sont fermées. Cette activité est leur nouvelle trouvaille pour décompresser alors que l’heure est au confinement.

Amadou Baldé, notable du quartier Iléle, déclare : « avant le couvre-feu, il n‘y avait personne au niveau du pont de Iléle. J’ai constaté depuis qu’on a libéré les élèves que  ce lieu est rempli par des groupes de 20 ou 30 personnes. Nous considérons que ce sont des rassemblements et avec l’augmentation des cas communautaires, il y a des risques. Nous avons de réelles craintes, ils se congratulent, s’embrassent sans connaitre les dangers encourus. Je me demande si ces gosses-là sont conscients du danger. Il faut que l’autorité prenne ses responsabilités en les dispersant. » 

Les points saillants de ces rassemblements se situent sur la route nationale 6, surtout entre le rond-point de Dioulacolon et du centre délocalisé de l’université Assane Seck et du pont Iléle. Ces endroits sont pris d’assaut dés 17 h par des jeunes qui occupent tous les trottoirs en faisant du sport.

Fatou B., élève en classe de 4e raconte : « nous sommes stressées par les restrictions et le sport avec nos amis est notre nouvelle trouvaille. Je sais que la maladie est là mais j’essaye d’être prudente. Avec la fermeture des classes, on s’ennuie, mais nous courons des risques énormes. Je vois que les voies publiques sont noires de monde entre 17 et 19 h et c’est un risque réel de contamination,  surtout avec les cas dits communautaires. » 

Avec le confinement, les jeunes de Kolda ont trouvé une nouvelle distraction, notamment le sport de masse sans savoir les risques qu’ils courent.
Dimanche 19 Avril 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :