Exécution de projets et programmes au profit des Collectivités territoriales : le Dg de l’ADM liste les réalisations et fait le bilan


C’est avec un immense plaisir que je participe à cette assemblée générale d’informations sur les politiques publiques organisée par l’association des maires du Sénégal.
En effet, si l’ADM est citée comme l’un des fleurons des structures d’appui aux collectivités territoriales, et jouit de la confiance de l’État et des communes, mais aussi de celle des partenaires au développement, elle l’a doit certes à ses performances et au succès enregistré dans l’exécution des projets et programmes mais surtout à votre accompagnement permanant.
Je vous exprime  ma profonde gratitude.
Son excellence Macky SALL, Président de la République a très top donné le ton sur une vision claire orientée sur l’Équité Territoriale, la Justice Sociale, et à la territorialisation des politiques publiques.
 
 
Mesdames, Messieurs,
L’Agence de Développement municipal (ADM) a été créée en 1997 par la commune volonté de l’État du Sénégal et de l’Association des Maires du Sénégal (AMS) pour promouvoir le renforcement de la décentralisation et l’accélération du développement local.
Depuis sa création, l’ADM intervient en tant qu’agence d’exécution de projets et programmes au profit des Collectivités territoriales du Sénégal. A ce titre, elle a déjà exécuté : 
-         le Programme d’Appui aux Communes (PAC) réalisé dans la période 1998-2004, pour accompagner les nouvelles Lois de la Décentralisation de 1996, en termes notamment de relèvement du niveau d’équipement des communes concernées avec 731 projets d’investissement, d’accès à l’emprunt au moyen de crédits accordée à certaines communes, d’appuis institutionnels (renforcement de capacités, équipements informatiques, assainissement des finances municipales, adressage de 11 communes, etc.). Le PAC a permis de développer de nouveaux outils et de stratégies comme les audits urbains, organisationnels et financiers, le contrat de ville (CDV), le programme d’appui institutionnel (PAI), le programme d’investissement prioritaire (PIP), le Programme d’entretien prioritaire (PEP) l’adressage, etc.
-         le Programme de Renforcement et d’Equipement des Collectivités Locales (PRECOL), lancé en 2007 et clôturé en 2013, avait très tôt permis, pour son exécution, au profit des 67 communes, l’intercommunalité avec la réalisation d’un important réseau de voiries au profit de la Communauté d’Agglomérations de Dakar (CADAK) et de la Communauté d’Agglomérations de Rufisque (CAR).
Mesdames, Messieurs, honorables invités,
Dans le cadre de la lutte contre les inondations, le Gouvernement du Sénégal à confié à l’ADM l’élaboration et la mise en œuvre de la première phase du Projet de Gestion des Eaux pluviales et d’adaptation au changement climatique (PROGEP I) depuis 2012.
 
Le PROGEP I est un projet de développement urbain dont le financement, estimé à 121,1 millions USD (soit près de 67 211 millions FCFA), provient du Gouvernement de la République du Sénégal, de la Banque mondiale (BM), du Fonds nordique de Développement (FND) et du Fonds pour l’Environnement mondial (FEM).
Son périmètre d’intervention couvre les villes de Pikine et de Guédiawaye, l’agglomération de Saint-Louis et le Pôle urbain de Diamniadio.
Dans la pratique, il a permis la réalisation d’ouvrages primaires de drainage par la construction, à Pikine et à Guédiawaye, d’ouvrages hydrauliques (canaux fermés et ouverts, bassins de stockage, ouvrages de rejet en mer, etc.) et de voiries en pavés autobloquants. La réalisation desdits ouvrages a permis de soulager les populations riveraines des quartiers comme Dalifort, Cité Soleil, Quartier Cheikh SY, Wakhinane Nimzat, Zone du marché Bou Bess près du bassin de Bagdad, entre autres.


 
Les investissements physiques programmés au travers des contrats signés avec des entreprises ont été réalisés à un taux satisfaisant de 97% pour un coût total de 80,6 millions USD, soit 45,133 milliards F CFA.
Ces réalisations concernent principalement 29,3 km de canaux primaires fermés et ouverts de grande section, 21 km de canaux secondaires fermés et ouverts, 21 bassins d’écrêtement aménagés d’une capacité cumulée de 700 000 m3, 150 000 m2 (soit 25 000 ml) de voiries en pavés autobloquants éclairées et assainies, 68 projets d’investissement communautaire (PIC), 1 station de pompage à grand débit, 3 stations secondaires de pompage.
Les principaux résultats obtenus polarisent environ 167 000 personnes qui sont directement protégées des inondations dont 52% de femmes et 1000 ha préservés sur des objectifs respectifs de 130 000 personnes et 600 ha, soit un taux d’efficacité de plus de 100 %
 
Mesdames, Messieurs
Honorables invités,
Suite aux graves inondations survenues en début septembre 2020 et ayant pour épicentre la Commune de Keur Massar, le Gouvernement du Sénégal a entrepris la mise en œuvre d’une deuxième phase du PROGEP. Pour faire face à l’urgence, le Gouvernement a mobilisé 15 milliards de FCFA pour la réalisation d’ouvrages de drainage des eaux pluviales dans la zone de Camille Basse/ Parcelles Assainies Jaxaay et au quartier El Hadji Pathé à Keur Massar. Ces travaux sont en cours d’exécution depuis le 15 janvier 2021.

Concernant le Programme d’Appui aux Communes et Agglomérations du

Sénégal (PACASEN), il a été lancé par le Chef de l’État le 9 juillet 2018 avec le concours financier de la Banque mondiale et de l’Agence française de Développement (AFD) pour un montant global de 260 millions USD (130 milliards FCFA), pour la période allant de 2019 à 2023.
 
 
 
Le PACASEN est exécuté à travers deux instruments de la Banque mondiale que sont :
  • Le Programme pour l’Investissement (Investment Program Financial  IPF) qui financera les activités nécessaires à la préparation et à la mise en œuvre des réformes ciblées ainsi qu’à la gestion du Programme et ;
  • Le Programme pour le Résultat (Program For Result / PFR) qui prend en charge les investissements destinés aux 123 Communes pilotes et aux autres activités dévolues aux différentes parties prenantes, sur la base de l’atteinte des Indicateurs liés au Décaissement (ILD), des Conditions minimales obligatoires (CMO) et des Indicateurs de Performance (IDP).
Suite à l’atteinte des ILD 1,2,3 et 7 un montant total de 18 383 194 985 F CFA, a été mobilisé au profit des Collectivités territoriales.
 
Dans le cadre de la mise en œuvre du plan de formation, le programme a formé 649 acteurs territoriaux dont 312 élus et 337 agents territoriaux dans les thématiques suivantes : passation des marchés publics, gestion environnementale et sociale et gestion financière.

A Saint-Louis, l’ADM intervient dans le cadre du Projet de Relèvement d'Urgence et de Résilience à Saint-Louis (SERRP).

 
Comme vous le savez, sans doute, la ville de Saint-Louis, inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2000, est l’une des villes sénégalaises les plus exposées aux aléas climatiques avec l’avancée de la mer qui ne cesse de réduire drastiquement la « Langue de Barbarie ». Au cours des dernières années, l’érosion côtière le long de la Langue de Barbarie s’est accélérée, affichant une perte de 5 à 6 mètres de plage par an.
 
En août 2017 et en février 2018, d’importantes ondées de tempête ont causé des dommages considérables, avec près de 270 familles (environ 2600 personnes) réinstallées, dans des conditions très précaires, dans divers sites, dont celui de Khar Yalla situé à 6 km du centre-ville.
En sus des familles ayant déjà perdu leur logement, d’autres habitants ont été identifiés sur une zone à haut risque située le long de la côte sur une bande d’environ 20 mètres de large ; soit une population globalement estimée à 927 ménages.
 
Pour lutter contre ces phénomènes intempestifs et récurrents, le Gouvernement du Sénégal a, entre autres initiatives, lancé, avec le concours technique et financier de la Banque mondiale, un projet dénommé « Projet de Relèvement d’Urgence et de Résilience à Saint-Louis (SERRP) » sur un financement initial de 35 millions de dollars, un financement additionnel de 50 millions de dollars est en cours de négociation avec la Banque mondiale, avec une extension de la durée du projet de 2 ans. Ce qui va porter le coût total du projet à 93,3 millions de dollars (dont 13,3 millions de contrepartie), soit XXXX FCFA.
 
L’objectif de développement du projet (ODP) est de réduire la vulnérabilité aux risques côtiers des populations établies le long de la Langue de Barbarie et de renforcer la planification de la résilience urbaine et côtière de la ville de Saint-Louis.
 
Mesdames, Messieurs,
En complément des initiatives mises en œuvre pour faire face à l’érosion côtière, le Gouvernement du Sénégal a obtenu auprès de l’Agence française de Développement (AFD), un financement de seize millions (16 000 000) d’euros, soit environ 10, 5 milliards F CFA, pour la réalisation du projet de protection du littoral dénommé « Projet de Protection Côtière à Saint-Louis (PPCS) ».
L’objectif de développement du Projet de Protection côtière à Saint Louis est de « protéger rapidement les populations et les biens des quartiers situés sur la Langue de Barbarie du risque d’érosion côtière et contribuer à l’amélioration des connaissances scientifiques sur les enjeux côtiers et à leur diffusion ».
 
Les travaux de construction de la Digue de protection ont démarré le 25 janvier 2021 et suivent leurs cours normal.
 
Mesdames, Messieurs,
 
Dans la recherche effrénée de solution pour la viabilité des Collectivités territoriales, l’Agence de Développement Municipal a initié le Projet « Financements innovants » (PROFIT) dont le but est de contribuer à l’amélioration du bien-être des populations en valorisant les potentialités qu’offrent les mécanismes de financements innovants.
 
Afin de rester en cohérence avec son expérience et faire valoir son expertise, les bénéficiaires du projet sont en priorité les acteurs territoriaux intervenant dans l’espace des municipalités et des agglomérations. Toutefois, pour les besoins liés à la promotion du Co-développement et à l’harmonisation des interventions intra-territoriales et interterritoriales, l’intervention du projet pourrait s’élargir aux échelons « Département » et « Pôle-territoire ».
 
 Cheikh Issa Sall DG ADM
Lundi 12 Avril 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :