Émigration / Diaspora : Le calvaire de la communauté sénégalaise, entre tracasseries et répressions policière. Que fait l’État ?


La famille d’Idy Diène, l’émigré sénégalais froidement abattu en Italie au début du mois de Mars, pleure encore son fils. Et, l’on apprend la mort d’un autre ressortissant sénégalais, cette fois-ci en Espagne, hier, dans le quartier de Lavapiés (Madrid.) L’homme répondait au nom de Mame Mbaye Ndiaye, 35 ans et originaire de la localité de Pire. 

La première version des faits, révèle une mort par arrêt cardiaque, suite à une course poursuite avec la police municipale madrilène.

Soit, toujours est-il que les sénégalais de la diaspora vivent l’aventure de l’émigration dans un désœuvrement quasi absolu. Si les conditions d’arrivée dans leurs pays hôte ne sont pas toujours des plus légales, il reste que les émigrés sénégalais embouchent presque toujours la même trompette : L’État du Sénégal, ne nous porte pas assistance ! Nos ambassades et consulats auraient-ils failli ? Ou devrions nous regarder du bon côté pour avoir des réponses aux complaintes de la diaspora ?

Dans tous les cas, le cri du cœur des émigrés d’Italie et de la communauté africaine est ici relayé par Ibou Lo, le représentant de la communauté africaine au sein du Conseil des émigrés, et secrétaire général de l’association sénégalaise Yakaar. Selon lui : « On m’a chargé de signaler à l’ensemble de la presse sénégalaise, le calcaire que nous vivons dans notre ville Sassari, en région de Sardaigne. Le chef de la police a entamé depuis plus de 2 ans une dure répression contre l’ensemble des émigrés confrontés au renouvellement de leur permis de séjour. Il leur est demandé des documents impossibles à avoir, et en conséquence, leurs demandes ont été rejetées et eux-mêmes refoulés... » 

Ibou Lo précise qu’à cela s’ajoute les tracasseries insoutenables auxquelles sont confrontés les sénégalais de la diaspora pour disposer de leur carte d’identité nationale. Ce qui ne facilite pas le renouvellement de leurs cartes de séjour. « L’autre problème est lié au manque de cartes d’identité sénégalaises, un autre grand problème auquel nous sommes confrontés, parce que sans carte d’identité on n'a pas de passeport et sans passeport on n'a pas de séjour et on perd son emploi et son séjour. Le troisième problème c’est le rapatriement des dépouilles. On a eu dans notre province 6 décès sans l’aide d’aucune autorité du Sénégal, et si ce n’était pas l’intervention de Keur Serigne Touba, on n'aurait pas pu les rapatrier. Je vais m’en arrêter là, mais les problèmes n'en finissent pas… » A-t-il déclaré dans sa lettre de doléances adressée à la rédaction de Dakaractu. 

Les autorités sénégalaises sont vivement interpellées par des citoyens, au-delà de nos frontières, qui leur réclament aide et assistance...
Vendredi 16 Mars 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
MOI FALLOU SENE !

MOI FALLOU SENE ! - 26/05/2018