Dr Sapan Desei, PDG de Surghisphere et co-auteur de l’étude controversée du Lancet : « Notre objectif premier est de protéger les informations sur les patients »


Dr Sapan Desei, PDG de Surghisphere et co-auteur de l’étude controversée du Lancet : « Notre objectif premier est de protéger les informations sur les patients »
L’une des tares reprochées à l’étude du Lancet, c’est l’opacité qui entoure les données qui ont permis aux quatre chercheurs d’arriver à la conclusion selon laquelle la chloroquine et de l’hydroxychloroquine ne sont pas efficaces sur la Covid-19. 

L’Afrique étant représentée dans l’étude par 30 hôpitaux, Dakaractu a jugé opportun d’en savoir un peu plus sur les noms de ces structures sanitaires et les pays où ils sont implantés sur le continent. Pour ce faire, nous avons envoyé un mail à Surghisphere du nom de la société qui a fourni les données aux quatre chercheurs auteurs de l’étude publiée dans la revue The Lancet vendredi dernier. “Notre objectif premier est de protéger les informations sur les patients, c'est pourquoi nous ne recevons aucune information identifiable”, nous confie Dr Sapan Desai à travers une déclaration transmise par son équipe de communication. 

Le Président Directeur Général de Surghisphere, par ailleurs co-auteur de l’étude controversée ajoute : « Nos normes strictes en matière de protection de la vie privée sont l'une des principales raisons pour lesquelles les hôpitaux font confiance à Surgisphere et nous avons pu recueillir des données auprès de plus de 1 200 établissements dans 46 pays”. 

Vous l'aurez compris, la clause de confidentialité nous a été opposée par le PDG de Surghisphere selon qui, les données recueillies par son organisation auprès des structures sanitaires seront mises à la disposition de tout scientifique serieux qui en fait la demande. 

"Nous reconnaissons absolument qu'il est important de rendre ces données disponibles pendant cette pandémie, et nous avons mis au point un formulaire de proposition de recherche sur notre site web que les chercheurs peuvent remplir pour nous aider à en savoir plus sur leur projet. Toutes les propositions sont examinées par notre conseil consultatif scientifique et les propositions hautement qualifiées se voient accorder l'accès à nos ressources informatiques, à notre base de données et à nos statisticiens", précise-t-il.  
Jeudi 28 Mai 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :