Division dans la prière de la Tabaski : Ce qu’il faut savoir sur Arafat et le jour de l’Aïd-Al-Kabir


L’Islam prévoit une seule fête communautaire. Au Sénégal, en Malaisie ou en Arabie Saoudite, nous sommes dans une fête communautaire qui doit regrouper tous les musulmans du Sénégal. D’ailleurs, l’exemple de la prière où un seul Imam doit diriger la prière est assez illustrative. Notre pays est actuellement le seul pays qui s’adonne à ce type de célébration dans la division. Ce qui n’est pas, malheureusement une première au Sénégal.

 
Imam Makhtar Kanté estime que ce qui est à l’origine de cette division est cette crise de confiance au niveau de la commission nationale d’observation du croissant lunaire (CONACOC)  qui a sa façon d’arbitrer l’observation de la lune. En effet, il y a des gens qui n'étaient pas d'accord avec cette stratégie. Certains ont décidé de mettre en place une autre commission qui a une posture internationaliste. Cependant, il faut savoir que le repère pour les musulmans n’est pas Arafat.


C’est plutôt le jour d’Arafat. « Il y a le lieu et le jour d’Arafat. Le lieu d’Arafat concerne les pèlerins qui, au 9e jour du mois de Tabaski, vont se rendre au lieu qui s’appelle Arafat pour y passer la journée. C’est le stationnement d’Arafat. Mais est-ce que ce lieu concerne les autres musulmans ? Bien sûr que non. Il concerne seulement, le jour d’Arafat que les pèlerins qui sont là-bas. Si par exemple au 8e jour, les pèlerins se rendent à ce lieu est-ce qu’ils ont accompli Arafat ? Encore non parce que ce n’est pas le 9e jour qui est atteint à ce niveau. Arafat est conditionné à un repère temporel ».  Aussi, ajoute-t-il, ce 9e jour dépend du 1er décompté et il se trouve que l’Arabie Saoudite qui organise le pèlerinage, quand il compte son premier jour, il invite les pèlerins à se conformer au calendrier administratif Saoudien. Maintenant, ailleurs dans le monde, il peut arriver que le premier jour du mois lunaire ne soit pas le même que celui de l’Arabie Saoudite.



Ainsi, selon l’Imam Kanté, « le jour de Arafat, c’est le 9e dépendant du premier jour. Car, il y a un Arafat universel qui dépend pour certains pays (le Samedi) et pour les autres pays ce sera le Dimanche parce que leur premier jour avait décalé par rapport à l’Arabie Saoudite. Donc ce qui est important, c’est le repère temporel. Il ne faut pas occulter que pendant des siècles, les musulmans ont jeuné Arafat sans savoir ce qui se passait à la Mecque. « De tout temps, la pratique a été de se baser sur le 9e jour mais il peut arriver que cela coïncide ou pas avec l’Arabie Saoudite. Donc, ce n’est lié au lieu que pour les pèlerins. Ceux qui vont prier dimanche c’est parce qu’ils ont considéré que le premier jour de l’Arabie Saoudite était aussi le premier pour eux parce qu’ils sont des internationalistes. Par contre, ceux qui prient le lundi, c’est la CONACOC qui dit avoir observé le vendredi et vu la lune le samedi. Donc, ils sont partis le premier jour, ce qui est tout à fait logique » précise notre interlocuteur qui reste cependant, en phase avec la CONACOC sur ce point. « Je suis bien d’accord avec elle sur cette question parce qu' astronomiquement parlant, on ne pouvait pas voir la lune ni en Arabie Saoudite, ni en Égypte et nulle part en Afrique. Donc, voir la lune le vendredi était logique. Et le décompte donne lundi pour la prière car, le dimanche serait le neuvième jour ». Par contre, ceux qui disent, qu’ils sont avec la CONACOC et qu’ils vont prier lundi parce qu’étant dans le même pays et dans la même communauté tout en ayant comme repère, Arafat, je vais jeuner Arafat le samedi devront normalement prier le dimanche. Mais ils préfèrent le faire le 11e jour. D’où une équation à résoudre.  



Pour faire face à cette division, il faut selon Imam Kanté un suivi lunaire des 12 mois pour savoir quel est le 1er et le 9e jour de chaque mois. Pour cela l’Etat doit prendre ses responsabilités pour mettre en place une structure où des personnes habilitées seront coptées de manière inclusive pour ce travail afin de sauvegarder la communauté.
Vendredi 14 Juin 2024
Cheikh Sadibou Fall



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :