Cheikhou Seck, président du comité interprofessionnel des céréales locales : " Il faut un conseil spécial sur les céréales locales, notamment le maïs "


La commercialisation des céréales locales au Sénégal notamment le maïs n'est pas des meilleures. L'avis émane de l'un des plus grands producteurs de cette céréale, Cheikhou Seck, par ailleurs président du comité interprofessionnel des céréales locales. " Il y a un problème d'organisation dans notre filière. Et pourtant, nous arrivons toujours à assurer le record de la production nationale, surtout en maïs. Mais, c'est l'accompagnement qui fait défaut. Déjà, le kilogramme de maïs est fixé à 130 FCfa, ce qui est anormal, compte tenu des charges liées à la culture et au transport qui s'élèvent à plus de 100 FCfa", a regretté Mr Seck.

À le croire, les producteurs de maïs souffrent de nos jours du fait de la non formalisation de ce secteur, amenant du coup certains d'entre eux à brader leurs récoltes. " Il faut un conseil spécial sur les céréales locales notamment le maïs, car seul l'État est en mesure de régler ce problème. Le Sénégal peut s'auto-suffire en tout, par conséquent, il nous faut impérativement une meilleure organisation de la filière céréale", a-t-il ajouté.


Ayant participé grandement  en 2003 à la production de maïs au niveau national avec plus de 200 tonnes, Cheikhou Seck, a aussi dénoncé le fait que les industriels achètent le maïs importé au détriment de la production locale.
Mercredi 6 Décembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :