Atelier sur la Bio-informatique : les chercheurs de 15 nationalités différentes formés à l'IRESSEF


En étroite collaboration, l'Institut de Recherche en Santé, de Surveillance Épidémiologique et de Formation (IRESSEF) et le Centre international de recherche et de formation en Génomique Appliquée et de Surveillance Sanitaire (CIGASS) au Sénégal ont tenu un atelier de bio-informatique en présentiel, du 10 au 15 octobre 2022. Durant une semaine les chercheurs venus de différents pays du monde, avec 15 nationalités différentes, vont échanger à Iressef Diamniadio sur les méthodes de séquençage du génome entier et sur les analyses bio-informatiques des séquences générées, en utilisant le SARS-CoV- 2 comme exemple. Le Professeur Tulio de Oliveira du Centre for Epidemic Réponse and Innovation (CERI) et le Professeur Luiz Alcantara Jr. De Fundaçao Oswaldo Cruz (FIOCRUZ) et leurs équipes aideront à faciliter cette formation. Ils sont à l’avant-garde des efforts de renforcement des capacités en bio-informatique, avec une expérience dans les programmes de formation en bio-informatique à grande échelle. Durant cette session de formation, les participants ont pu bénéficier de compétences dans les processus de l’assemblage du génome, le contrôle de la qualité, la soumission au niveau des plateformes GISAID et au NCBI, l’interprétation des données. 
Venu représenter le Ministère de la Santé, le Professeur Amadou Mactar Bèye a salué cette initiative qui renforce, selon lui, « les quelques insuffisances notées mais que cette formation contribue à combler donc par rapport à l’exploitation et la recherche… », a-t-il souligné. La bio-informatique est une science à l’interface des disciplines numériques (l’informatique et les mathématiques) et des sciences de la vie (biochimie, biologie, microbiologie, écologie, épidémiologie). Étant donné que les scientifiques de la vie génèrent une quantité croissante de nouvelles données portant sur les génomes, les biomolécules, les organismes, leurs interactions et leur évolution, il y a un besoin croissant d’approches informatiques pour la manipulation, le stockage, la visualisation et l’analyse de ces données souvent très complexes. 
Selon le professeur Mboup, le directeur dudit institut qui a coprésidé la fermeture de cet atelier tenu à Diamniadio, « Le Sénégal est le seul pays avec des institutions comme l'IRESSEF, l'Institut Pasteur et le CIGASS faisant partie de ces 10 Centres de Recherche. » La génomique, elle est incontournable car beaucoup de découvertes ont été faites, a-t-il poursuivi. « Maintenant la génomique est couplée avec la bio-informatique. On a vu beaucoup d’efforts qui ont fait avec la pandémie de covid-19… », a-t-il ajouté en faisant allusion à la découverte de plusieurs variantes qui ont permis de trouver des vaccins efficaces…       
Samedi 15 Octobre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :