ZIGUINCHOR : Plusieurs milliers d’élèves dans la rue


Plusieurs milliers d’élèves de presque l’ensemble des établissements publics et privés de la commune de Ziguinchor sont descendus dans les rues, certains portant leurs tenues scolaires, d’autres arborant des brassards rouges, pour « dénoncer » les nombreux plans d’action des syndicats d’enseignants et demander à l’État de résoudre la crise scolaire.

Ces élèves portent aussi des pancartes aux inscriptions aussi simples que celles-ci : « Nous sommes fatigués ! » « Nous voulons étudier ! » Les marcheurs qui ont fait le tour de l’ensemble des lycées publics et autres écoles privés de la commune de Ziguinchor pour en déloger leurs camarades, en passant par tous les Collèges d’Enseignements Moyen (CEM), se sont rendus à l’inspection d’académie.

Une fois sur place, leur porte-parole, Abdoulaye Guèye, également président du collectif des lycées publics et privés de Ziguinchor, a déclaré à l’attention de l’inspecteur d’académie qui les a reçus : « nous avons observé que depuis plusieurs années maintenant, nous n’étudions pas dans les meilleures conditions. Nous qui serons les dirigeants de demain de ce pays, si nous ne recevons pas une meilleure qualité d’éducation, nous ne pourrons jamais bien gérer ce pays; c’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui pour vous faire part de notre mécontentement. »

« Nous avons marre de cette situation; s’il est vrai que certains établissements ont fait les compositions, ce n’est pas le cas  pour d’autres », a-t-il déclaré à l’adresse de l’inspecteur d’académie.

« Veuillez faire part au ministre de l’éducation que nous voulons étudier dans les plus brefs délais : le baccalauréat s’annonce, les concours aussi; ces concours nous permettent de construire nos avenirs », a-t-il lancé avant de donner un ultimatum : « nous voudrions rejoindre nos classes au retour des fêtes, cette fois-ci nous avons organisé une marche pacifique, mais la prochaine fois nous irons à l’étape supérieure, s’il le faut nous le ferons, c’est pourquoi nous sommes venus prévenir. »

Répondant aux élèves, l’inspecteur d’académie a dit avoir « bien entendu et compris le cri du cœur et l’indignation des élèves avec qui je suis en phase, car la situation de l’école au Sénégal est alarmante. »

L’inspecteur d’académie a conseillé aux élèves de « faire porter ce combat par les gouvernements scolaires qui ont leurs ministères de l’éducation nationale, et que ces gouvernements parlent avec les professeurs... »
Mardi 20 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :