Viol et pédophilie au Sénégal : « Il faut bien durcir les peines… » (Thérèse Faye Diouf)


La Directrice générale de l’Agence nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits (Anctp) à travers l’émission « Faram Facce » s’est naturellement exprimé sur ces violences observées dernièrement chez les enfants avec des cas de viol et de pédophilie. 

Tout d’abord, la responsable politique et membre du secrétariat exécutif national de l’Apr a fait remarquer le travail qui se fait au niveau des structures pour amener les enseignants et les éducateurs à être plus prudents dans la prise en charge des enfants. « Nous sommes en relation avec les acteurs concernés pour parer à certaines éventualités qui toucheraient nos enfants. D’ailleurs, il faut saluer cette approche holistique incluant les ministères de la femme, de la famille, du genre et de la protection de l’enfance, le ministère de l’éducation, de la justice etc, pour voir globalement comment gérer la question de la petite enfance », se réjouira-t-elle.

La maire de la commune de Diarrère soulignera toujours cette responsabilité qui est partagée entre, l’État, les familles et les éducateurs, bref entre tous les acteurs. « Il faut savoir que même si l’État pose des mécanismes pour bien gérer les enfants, les parents ont aussi, de leur côté, une grande partition à jouer. »

Évidemment en tant que structure évoluant dans la protection de la petite enfance, Thérèse Faye Diouf n’oublie pas le rôle fondamental qu’elle joue pour le renforcement et la sensibilisation. Elle notera que les populations doivent être conscientes de la gravité de ces actes et les dénoncer car, ce sont des cas qui méritent d’être durcis.
Jeudi 13 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :