Sortie polémique de Gaston Mbengue : le CNRA adresse un courrier de mise en garde à WALF TV


Un courrier de mise en garde a été adressé à Walf au titre de mise en garde après les manquements graves constatés dans l’émission « Sortie », diffusée le 28 novembre 2021 avec comme invité, M Gaston Mbengue. Walfadjri devait en effet éviter la diffusion de propos de nature à entraîner des conséquences préjudiciables à cette même cohésion, autant qu’à la préservation de l’ordre public, a réagi le CNRA dans son communiqué. 
Ainsi, cette mise en garde vise à faire observer au destinataire que  l’incident est d’autant plus grave et inacceptable, qu’il est noté dans le cadre d’une émission qui a fait l’objet d’un enregistrement préalable ; les condamnations et autres désapprobations de la présentatrice de l’émission, dans le sens de recadrer l’invité, n’enlèvent rien à la faute de WALF TV.
Les manquements constatés par le Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel sont relatifs, entre autres considérations, non respect des principes qui régissent le journalisme, notamment dans la diffusion de documents vidéo et audio. Selon le gendarme de l’audiovisuel, en diffusant les propos graves tenus par l’invité de l’émission « Sortie » du 28 novembre 2021, sans procéder à un traitement préalable aux fins de supprimer toutes les parties en violation de la réglementation, Walf TV a méconnu ses obligations de contrôler préalablement à leur diffusion, toutes les émissions ou parties d’émissions enregistrées.
Au non-respect du cahier des charges relatif à l’établissement et /ou l’exploitation d’un service de télévision privée commerciale. En effet, lit on sur le document, selon l’article 12 du Cahier des charges relatif à l’établissement et /ou l’exploitation d’un service de télévision privée commerciale, le Concessionnaire doit veiller à ne pas : diffuser des émissions incitant à la haine, à la discrimination, au racisme, au terrorisme, au fanatisme, à l’extrémisme, sous toutes leurs formes ;diffuser des émissions faisant explicitement ou implicitement, l’apologie de la violence ou incitant à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes, en raison notamment de leur origine, de leur sexe, de leur appartenance ou non à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ;diffuser des propos incitant à l’intolérance, à la stigmatisation, à l’exclusion et à la marginalisation ; diffuser des propos ou contenus de nature à constituer une menace sur la stabilité nationale et la cohésion sociale, notamment ceux susceptibles d’entraîner ou de provoquer une confrontation entre les religions, les confréries ou les communautés.
Le CNRA pour finir a donc rappeler à tous les médias audiovisuels, quel que soit leur mode de diffusion, que certains dérapages verbaux, au cours des émissions exposent aux sanctions prévues par la loi, les éditeurs qui, sans s’entourer des précautions nécessaires, offrent leurs plateaux ou leurs micros en guise de tribunes pour ce type d’usage. Il a précisé que les médias audiovisuels doivent prendre toutes les mesures appropriées pour conserver en permanence ou rétablir instantanément, la maîtrise de l’antenne ; et a fini par appeler tous les médias audiovisuels à prendre les mesures appropriées pour prévenir de pareils manquements et à observer une application stricte de la réglementation.
 
Lundi 29 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :