Santé : Les chirurgiens-dentistes veulent sonner la fin de l’exercice illégal de leur métier.


Les spécialistes de la santé buccale que sont les chirurgiens-dentistes sont déterminés à barrer la route à ceux-là qui s’investissent illégalement dans leur profession. Le Dr Mamadou Ka, président de l’Ordre national des chirurgiens dentaires du Sénégal (Oncds) qui a profité d’une conférence de presse initiée ce mercredi 14 octobre 2020, a promis que ses pairs et lui sont engagés à prendre à bras le corps la traque contre les faux-dentistes. 
 
Le Dr Ka a qualifié d’escrocs ces personnes qui font croire à la possibilité de rendre toute blanche les dents d’une personne. ‘’Beaucoup de personnes viennent solliciter dans nos cabinets dentaires le blanchiment de leurs dents. Le blanchiment dentaire n’est pas possible. Ces dents blanches hollywoodiennes qu’on voit dans les films ne sont pas naturelles. Elles sont artificielles. Il nous faut être prudent. Cela relève de l’escroquerie que de faire croire à la possibilité de rendre toute blanche des dents’’, a-t-il déclaré.
 
Une raison pour l’Oncds de signaler ce que les chirurgiens dentaires qualifient d’escroquerie. ‘’Ceux qui font croire à cette possibilité trichent’’, a-t-il dit. Ce, avant d’indiquer que ‘’des dentistes professionnels agissent également dans l’illégalité. Il s’agit de ceux-là qui ne sont pas inscrits dans l’Ordre. Ainsi que ceux qui, après leur retraite de la fonction publique, s’emploient à ouvrir des cabinets dentaires illégalement’’. 
 
Le Dr Mamadou Ka, évoquant une bataille judiciaire engagée contre de faux médecins dentistes a précisé que l’affaire suit son cours. ‘’Aujourd’hui, des dossiers sont pendants devant la justice, mais nous ne pouvons pas en parler. Notre souhait est que tout simplement que le droit soit dit’’. Il a cependant averti que malgré l’impossibilité de l’Ordre de jouer au policier face à ceux qui tenteraient d’exercer illégalement la médecine, ses collègues et lui sont aujourd’hui plus engagés à en découdre avec eux. Pour ce faire, précise-t-il, leur choix est porté sur le recours à un huissier de justice pour faire le constat, l’envoi d’une mise en demeure et même l’engagement de poursuites judiciaires pour que justice soit rendue.
Mercredi 14 Octobre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :