Questekki : MLD indexe une justice aux ordres et tacle le PM Boun Dionne


Dans sa traditionnelle question économique de la semaine (la QES TEKKI), Mamadou Lamine Diallo, raille le Chef de l’Etat Macky Sall qui selon lui « va présider son  dernier défilé de l’armée nationale à coup de centaines de millions. » Sur le fonctionnement de la justice, le Président du mouvement Tekki de noter que pour renforcer notre capital social, la justice doit être forte et indépendante et que le Président Sall doit démissionner du Haut conseil de la magistrature. Dossier Ressources naturelles : Qui a donné au Premier Ministre légal Boun Dionne le droit de décider qui est compétent dans ce pays ?
 
"Au détour de son passage à l’émission Grand Jury d’une pauvreté intellectuelle déconcertante,  Boun Dionne a décidé que le ministre Sall de l’énergie est incompétent.  Rappelons qu’il a été remplacé par deux fois au gouvernement par le ministre Kane,  membre du DSK du pétrole, quatrième dans le rang de ceux qui décident de notre avenir pétrolier derrière  le jeune  Kane de Cospetrogaz. En vérité, pour Boun Dionne,  est compétent celui qui se soumet corps et âme à Macky Sall et Marième Faye Sall.
La démission de Thierno Alassane pose un débat sérieux qu’il faut connaitre. Le Bloc  de Rufisque Offshore Profond se situe dans le prolongement géologique sud du bloc de Cayar dans le quel Kosmos a découvert du gaz naturel. Ce bloc de Rufisque Offshore Profond  appartenait à African Petoleum de Frank Timis, le patron de Alioune Sall, facteur de ce dernier devenu le patron de la Caisse des Dépôts et de Consignations.
 
Dès lors, la probabilité de découvrir du gaz naturel ou du pétrole dans le Rufisque Offshore Profond devenait très forte. L’engagement patriotique  rappelé par la constitution exige une pause pour redéfinir la politique pétrolière de notre pays et voter un nouveau code pétrolier. Le code pétrolier de 1998 a été voté dans un cadre destiné à attirer le capital étranger pour pousser en  avant l’exploration pétrolière.
 
La dynastie FayeSall en a décidé autrement  dans un élan compradore sans précédent en violant sa propre constitution puisque désormais les ressources pétrolières appartiennent au peuple et non à l’État. Le Ministre Sall a dit Non. Boun Dionne a dit Oui.
 
 
 
Dossier nouveau  La bonne économie, c’est d’abord les institutions
 
En toute modestie, au moment où le Président Macky Sall s’apprête à présider son  dernier défilé de l’armée nationale à coup de centaines de millions, il faut rappeler à l’élite de BBY prompte à décerner des certificats de compétence et de meilleurs élèves, que l’économie ne connaît pas le concept de réalisations si cher aux idéologues de la dynastie  FayeSall. Elle distingue quatre types de capital, le capital naturel, le capital humain, le capital technique (routes, ports, centrales électriques, etc.) et le capital social, les règles qui régissent la société de confiance et les institutions chargées de les faire respecter, la monnaie par exemple.
 
Ce que je défends depuis 25 ans, l’Afrique et le Sénégal avec sont sous développées  par rapport aux pays de la frontière technologique à cause d’abord  de la faiblesse de son capital social.
 
Pour renforcer notre capital social, la justice doit être forte et indépendante. Selon la charte de gouvernance démocratique des Assises Nationales que j’ai signée, le Président de la République ne doit plus être le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature. Je soutiens les revendications de l’UMS pour rendre effective l’indépendance de la justice. La justice a pour fonction aussi de normer les comportements des citoyens et des Etats. Dans l’affaire Khalifa Sall, une justice rendue au nom du peuple aurait relaxé tout le monde et exigé une réforme des fonds politiques et la suppression des comptes « dépenses diverses » dans les collectivités locales.
 
L’autre institution est le pouvoir législatif ; l’Assemblée nationale ne doit pas être l’annexe du palais présidentiel. Au vu de la réaction de l’élite de BBY, il est incontestable que selon la constitution en vigueur depuis mars 2016, le Président de l’Assemblée Nationale doit être exclusivement de nationalité sénégalaise. Il n’y a aucune disposition légale qui permette de vérifier le respect de la constitution sur ce point.
 
Comme le Président de la République est à la fois le gardien de la constitution et le garant du bon fonctionnement des institutions, je lui écris pour veiller à l’exclusivité de la nationalité du Président de l’Assemblée nationale.
 
 
 
Mamadou Lamine Diallo, Président du mouvement Tekki.




 
Mercredi 4 Avril 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
MOI FALLOU SENE !

MOI FALLOU SENE ! - 26/05/2018