Quand l’ancien PM Abdoul Mbaye cultive le nihilisme. (Par Moussa Baldé)


L’ancien Premier Ministre, Monsieur Abdoul Mbaye, invité du Grand Jury de ce dimanche 28 novembre 2021 par M. Babacar Fall de la RFM a avancé plusieurs contrevérités à propos de l’agriculture sénégalaise assorties de quelques analyses grossières sur l’actualité politique.

En effet, il a déjà proclamé l’échec du PAP2A en disant que le futur premier ministre sera nommé juste pour porter le chapeau de cet échec. 

Monsieur Abdoul Mbaye pense que depuis son limogeage de la primature, le 01 septembre 2013, le Sénégal ne peut plus connaitre de progrès. 
Piètre opposant sans base politique il est toujours prompt à nous servir un discours hilarant mais surtout nihiliste.  

Sur le sous-secteur de l’agriculture M. Mbaye commence par informé (devrais-je dire désinformer) en disant ceci : « concernant l’agriculture, mais c’est un échec total, parce qu’on ne s’en occupe pas. »  
La bonne information est que le budget consacré à l’agriculture est passé de 132 580 349 000 FCFA en 2013 à 170 915 801 689 FCFA en 2021, soit une augmentation de plus de 38 milliards en l’espace de neuf ans. Il faudrait préciser que ce budget n’a jamais baissé depuis l’accession du Président Macky SALL à la magistrature suprême, mais au contraire est en progression continue. Cette hausse du budget a permis entre 2014 et 2021 dans le cadre du premier Plan d’Actions prioritaire du PSE de mettre à la disposition des agriculteurs environ 2000 tracteurs, une centaine de moissonneuses batteuses, des milliers de petits équipements. Se sont également de nombreuses contraintes qui ont été levées et relatives au renforcement des équipements des unités de transformation de riz, à la bonne circulation de l’eau d’irrigation dans les parcelles, au conseil, à la protection des cultures avec l’acquisition d’un hélicoptère tout neuf et j’en passe. 

Le prix de l’arachide est passé de 190 FCFA à un prix plancher de 250 FCFA, soit une hausse de plus de 32%.  
Jamais un Président de la République n’a autant investi dans le secteur agricole depuis notre accession à la souveraineté internationale. 

En conséquence, voilà bien un secteur dont on s’occupe à la dimension des moyens dont dispose notre pays. 

C’est d’ailleurs grâce à ce soutien que le secteur agricole a fait éviter une récession au Sénégal au plus fort de la crise due à la pandémie de covid-19. Nier les progrès de l’agriculture signifie remettre en cause la neutralité et la compétence des experts du FMI et de la Banque mondiale qui suivent de très près notre économie et valident son taux de croissance. 

M. Abdoul Mbaye semble tout ignorer de l’agriculture sénégalaise, et on peut valablement émettre de sérieuses réserves sur sa bonne foi.En effet comment peut-il avancer que le Sénégal a abandonné les semences certifiées au profit de semences sélectionnées ? 

Mr Mbaye ignore totalement ce qu’est une semence certifiée.  Je l’informe que c’est la sélection qui conduit à la certification.   
Au moins une chose est sure Abdoul Mbaye premier ministre ne s’est pas occupé de l’Agriculture un secteur si cher au Président Macky Sall. 

En réalité Abdoul Mbaye a une tare qui est fatale pour un homme politique, c’est qu’il ne connait pas les sénégalais surtout ceux du monde rural. 

Mais il y a plus grave lorsqu’on entend un ancien premier ministre insinuer que l’administration qu’il dirigeait n’est pas sérieuse quand il annonce, que les engrais sont mal distribués, mal répartis dans le temps et dans l’espace. Il devrait peut-être apprendre à se respecter. 

Puisqu’il se demande où se trouvent les graines d’arachides de la dernière campagne agricole tout en avançant de faux chiffres, je me fais le plaisir de l’en informer : 

En 2020, le Sénégal a connu le meilleur hivernage depuis les années 1950. Ce don de Dieu doublé d’un effort budgétaire sans précédent nous a valu une production arachidière estimée à 1 797 486 tonnes. 
Avec un prix plancher historique de 250 frs le kg coque ; nous avons eu la collecte la plus enrichissante pour les producteurs du Sénégal. En effet 718.000 tonnes ont étés collectées réparties entre les huiliers les semenciers et les exportateurs. On peut vérifier avec les services des douanes que c’est bien 513 952 tonnes qui ont été exportées et non 200000 tonnes comme il l’a annoncé dans son entretien. Cette collecte officielle représente environ 40% de la production ; est conforme aux statistiques de collectes des 20 dernières années et a rapporté au moins 216 milliards de FCFA aux producteurs.  

Le reste de la production est repartie entre l’autoconsommation (25%), les réserves personnelles en semences des producteurs (20%) et les pertes postes récoltes (15%). 

Mais comme toujours, la critique est aisée, mais l’art difficile.  

Moussa BALDÉ / MAER / Coordonnateur du RUR 
 
Mardi 30 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :