Programme de relance du transport ferroviaire national (PRTF) : Mayacine Camara, Secrétaire d’État chargé du réseau ferroviaire, trace les grandes lignes.

À travers le Plan Sénégal Émergent (PSE), la relance du transport ferroviaire national occupe une place primordiale. Un projet pourvoyeur d’emplois. Selon Mayacine Camara, le Secrétaire d’État, chargé du réseau ferroviaire, « le chemin de fer constitue aujourd’hui le secteur qui est apte à produire des emplois directs et indirects.


 Ce que nous avons aujourd’hui dans le programme de la politique et dans l’essentiel des programmes ferroviaires, c’est l’emploi des jeunes. Ce sont des dispositions qu’on est en train de prendre. Avec le TER, beaucoup de gares vont tourner. Sans oublier le réveil des activités ferroviaires traditionnelles qui vont permettre à des jeunes de trouver du travail. Cette mutation, à travers GTS–S.A., va permettre au Sénégal de franchir un nouveau palier dans l’essor du transport des personnes et des biens, dans des conditions de sécurité et de respect de l’environnement. Si on regarde le plan national d’aménagement et de développement des territoires, le chemin de fer y occupe une place importante. Avec l’aménagement du chemin de fer, c'est l’aménagement du territoire et des emplois qui pourront en découler. Ce sont ces dispositions qui ont amené le chef de l’État Macky Sall à recommander l’élaboration de la politique ferroviaire, selon toujours le secrétaire d’État. Il y a eu beaucoup d'agressions de l’emprise ferroviaire. Alors il faut forcément trouver des solutions pour matérialiser ce projet ambitieux de relance des activités. « Pour rendre moins cher les prochains investissements dans ce schéma ferroviaire, nous devons parler aux populations, régler les dispositions administratives et législatives pour permettre aux investisseurs d’avoir le courage de mettre en œuvre ces investissements. Une politique c’est des orientations. Maintenant au moment de la mise en œuvre, nous verrons la faisabilité et des dispositions seront prises à cet effet », a fait savoir M. Camara. En effet, ce projet dénommé Programme de Relance du Transport ferroviaire national (PRTF) vise à augmenter et diversifier l’offre de transport collectif interurbain mais aussi à assurer le transport de fret par voie ferroviaire. De telles mesures permettront d’apporter des réponses adaptées aux besoins de déplacement des personnes et d’acheminement des marchandises générées par la croissance soutenue des activités économiques. « On va essayer de démarrer un trafic pour décongestionner le port en attendant les gros investissements. Cette politique est faite pour Tambacounda, car tous les grands investissements tournent autour de cette zone. Si nous arrivons à mettre en œuvre toutes ces politiques qui sont définies, d’ici 2035, en mettant une ligne sur Matam, une ligne sur Kédougou, sur Ziguinchor en plus de la dorsale Dakar-Thiès, Thiès-Bamako, la ville de Tamba va être une plaque tournante avec le port sec qui est en négociation et en très bonne voie avec le port de Dakar. Tamba va tourner comme une plateforme logistique avec toutes ces mines, cette connexion agricole… », a-t-il déclaré lors d'un entretien exclusif accordé à Dakaractu... 
Samedi 10 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :