Papa Momar Khoulé, Chef du service départemental du développement rural de Kaolack : « Il n'existe pas de graine d'arachide brûchée ni de bons impayés dans le département de Kaolack... »


C'est le chef du service départemental du développement rural de Kaolack qui est monté au créneau pour récuser l'information selon laquelle il existe de l'arachide brûlée entre les mains des producteurs et des opérateurs dans le monde rural.
« J'ai entendu au niveau des médias, des gens dire que des parasites auraient commencé à infecter l'arachide et que même si les opérateurs ou les chinois viennent après pour acheter l'arachide, ce sera trop tard parce qu'ils vont trouver de l'arachide en mauvais état. Moi, je suis en porte-à-faux par rapport ça. Il y a des mécanismes de sécurisation et de traitement de l'arachide dans les hangars », a rassuré le patron départemental du développement rural.
D'après Mr Khoulé, les autorités en charge de l'agriculture ont pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer la conservation des graines d'arachide au niveau des hangars où l'on stocke les intrants agricoles destinés à la vente ( Secco).
 « Il y a eu un stock détenu par les gros producteurs qui jusqu'à présent attend dans les seccos et ils ont mis les moyens pour pouvoir conserver ce stock. Après, ils vont vendre cette arachide durant la campagne à certains producteurs. L'autre mécanisme, c'est que beaucoup d'arachide que détenaient les petits producteurs ont été vendues aux opérateurs. En tout cas, nous ce qu'on craignait c'est que l'arachide puisse être détenue par les petits producteurs et que ces derniers ne puissent pas avoir les moyens adéquats pour pouvoir conserver leurs productions. Mais, on s'est rendu compte que ces petits producteurs ont réussi à vendre leur arachide aux opérateurs qui, de leur côté, ont des moyens pour la conservation au niveau des lieux de dépôt ».
«  Pour le département de Kaolack, on est à plus de 737 tonnes de graine d'arachide stockées dans les 'seccos' par les opérateurs. Et ce ne sont pas des invendus, cela veut dire que l'arachide est déposée au niveau des 'seccos' en attendant que les camions puissent l'acheminer au niveau des usines », a expliqué Papa Momar Khoulé qui a également rassuré qu'aucun bon impayé n'est  enregistré dans le département de Kaolack, depuis le début de la campagne de commercialisation de l'arachide...
Vendredi 20 Avril 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :