Le Puma, excellent instrument de désenclavement des zones frontalières est-il devenu un moulin à vent?


Le Puma, excellent instrument de désenclavement des zones frontalières est-il devenu un moulin à vent?
 
Suite à la publication de ma contribution intitulée «  Le PUMA : Détournement d’objectifs ou incurie de son coordonnateur », texte paru dans plusieurs sites, la semaine dernière, les plumitifs de leur mentor n’ont pas tardé à répondre.

En cela, je loue leur intelligence d’avoir saisi cette opportunité pour aligner une succession de vœux pieux dans un maquillage sémantique qui communique sur des réalisations virtuellement annoncées ou des ébauches de projets facticement mis en œuvre , jetant ainsi de la poudre aux yeux  des populations  pour lesquelles le PUMA a été créé.
A cet effet, en parcourant les éléments de contenu dans leur réponse, j’apporte, à leur endroit, les précisions et les observations suivantes :

1) En m’accusant d’avoir plagié un aliéna de vos documents tirés de la lettre de mission qui définit les attributions du PUMA, je m’interroge sur votre niveau de culture générale dans la philologie rédactionnelle de textes d’inspiration institutionnelle tirés d’un décret ou d’un arrêté ministériel ;

2) Votre réaction psychique, absurde  et rédhibitoire qui me confère une posture de cagoulard à travers une identité usurpée de par la signature de l’article incriminé, constitue la preuve manifeste et stupide d’un manque de considération et de respect pour les populations ciblées ;

3) Dans le libellé des infrastructures virtuellement annoncées dans votre liste, la déclinaison des syntagmes qui suivent « seront réalisées, sont envisagées, sont en projet, sont en cours, et tutti quanti  », démontre à suffisance le détournement d’objectifs constaté et qui a transformé le PUMA en une caisse de résonnance amplificatrice de vos promesses fallacieuses enrobées dans des moulins à vent ;

4) En parcourant la litanie de vos pseudo réalisations, j’y perçois un montage funeste et déséquilibré  uniformément mal réparti dans la totalité de l’espace ciblé ; aux uns des promesses ou bribes d’infrastructures, aux autres des accessoires au détriment de l’essentiel ;

5) LE PUMA est aujourd’hui assujetti à une horde ambulante planifiée dans l’étendue du territoire national faisant ainsi du tourisme lucratif générateur de prébendes et autres perdiums  issus de nos deniers publics initialement affectés à la réalisation d’infrastructures appropriées ;      

6) Je maintiens mon propos relatif au détournement d’objectifs constaté du fait de votre incurie à donner corps et rendre visible le PUMA après l’avoir réduit à une coquille vidée de sa substance nourricière, mais surtout désincarnée, moribonde et désuète ;

7) Je ne suis animé ni de haine, ni d’amertume. J’exerce simplement mon devoir de veille et d’alerte sur le management d’un excellent instrument de développement socioéconomique  qui vise le désenclavement effectif et durable des zones frontalières ;

8) La personne de votre coordonnateur ne m’intéresse point. Par contre, il coordonne une structure de l’Etat dont la mission rencontre mes préoccupations en tant que citoyen sénégalais habitant les zones ciblées. Dès lors, tout ce qui est entrepris au nom de ladite structure m’interpelle et me concerne.

In fine, je réitère mon appel à l’attention du chef de l’Etat afin que les objectifs assignés au PUMA soient recentrés  pour que les populations  impactées par le programme  puissent bénéficier d’un développement durable, conformément à la vision éclairée de Monsieur le Président de la République.
                           
                        Hamady  BOIRO
                       Citoyen  transfrontalier
 
Dimanche 5 Août 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :