L’an 1 de l'affaire Sweet Beauté : Comment le « malheur des uns a fait le bonheur des autres! »

« Body-Body », Modelage, Kinésithérapie, des termes qui renvoient certes au champ lexical du mot « massage », mais qui ont aussi marqué le début d’un bouleversement dans le champ politique sénégalais en Mars 2021.


Un petit retour vers le passé pour rappeler l’essence même du sujet qui a causé autant de remous. Une « séance de massage » qui vire à des « émeutes socio-politiques. »

Il s’agit d’une jeune femme du nom de Adji Sarr, âgée d’une vingtaine d’années, qui a accusé de viol Ousmane Sonko, l’opposant le plus farouche au régime en place, alors que ce dernier, était venu profiter des services de massage que proposait le salon nommé « Sweet Beauté », où elle travaillait. 

Celle-ci déposa sa plainte le 2 février 2021. Mais pour se défendre, l’accusé lance sa pique et accuse le régime au pouvoir d'ourdir un « complot politique » orchestré par le président de la République pour éliminer un adversaire politique, sans toutefois nier avoir bénéficié des services du salon de beauté en question.

Docteur Ouseynou Faye : « C’est un arrangement pour notre profession »

Comme dit l’adage, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Il a fallu que ce problème éclate pour que le secteur se penche sur ses maux. À l’exception des professionnels, des instituts de massage clandestins s’étaient installés et faisaient marcher leur business à merveille. Ce qui polluait le secteur et pompaient les Kinésithérapeutes.

À présent la donne a changé. Un entretien effectué avec le Docteur Ouseynou Faye, un professionnel certifié en Kinésithérapie, nous a permis de mesurer l’impact de ce problème dans leur secteur. 

« C’est vrai que cette histoire avait beaucoup secoué notre secteur, mais on a aussi remarqué qu’en fin de compte c’est un arrangement pour notre profession »,  se réjouit-il.

Selon ses propos, leur métier est souvent victime d’agression. La kinésithérapie n’est pas comme celui du radiologue ou du chirurgien. Ces derniers, nul ne peut faire leur travail à leur place, mais puisque le leur englobe tout ce qui est massage, beaucoup s’y adonnent pour en faire un gagne-pain. Mais vu la façon dont la presse a attaqué le problème, beaucoup ont fui les services de massage, surtout ceux qui n’étaient pas formels. 

« Cela nous a permis aussi de mieux faire comprendre notre métier »


L’éclatement de cette affaire a contribué à mieux faire connaitre l’importance de la Kinésithérapie. Selon le docteur Ouseynou Faye, cela a beaucoup aidé les différents acteurs à faire connaitre le secteur à travers une bonne communication.

« Pour nous les professionnels, cela nous a permis de mieux communiquer sur notre métier afin de le faire découvrir et apporter des éclaircissements au public », a affirmé le Dr Ouseynou Faye.

En effet, depuis lors, ils ont pu constater que les gens sont bien informés et savent maintenant qui est qui et vers qui faut-il se diriger en cas de besoin lié aux services de massage. D’ailleurs la plupart des patients accueillis ou disons « récupérés » en ces périodes, ont confié que c’est par manque d’informations qu’ils avaient atterri dans certains salons de massage « clandestins », mais aujourd’hui ils savent faire la part des choses. 


Cependant, même si beaucoup de ces intrus du secteur sont éjectés, on aperçoit toujours des brebis galeuses qui persistent dans l'exercice  clandestinement...
Mercredi 2 Mars 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :